Endocrinologie : nouvelles directives pour la thyrotoxicose

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

De nouvelles recommandations basées sur des données probantes, élaborées par l’Association américaine de la thyroïde (American Thyroid Association, ATA) et parues dans la revue Thyroid ont été publiées afin d’orienter les cliniciens concernant la prise en charge des patients atteints d’une forme quelconque de thyrotoxicose (activité hormonale thyroïdienne excessivement élevée), notamment l’hyperthyroïdie.

Les directives comprennent 124 recommandations sur la façon d’évaluer les patients, de diagnostiquer et de prendre en charge les différents types de maladie, sur la prise en charge de la thyrotoxicose durant la grossesse et sur la manière de choisir et de mettre en œuvre les différentes options thérapeutiques comme la chirurgie, la radioactivité et les médicaments antithyroïdiens.

L’auteur principal, le Dr Douglas Ross, qui exerce à l’Hôpital général du Massachusetts (Massachusetts General Hospital), à Boston, dans l’État du Massachusetts, a présenté certains points clés des directives 2016 : « l’évolution des paradigmes concernant l’évaluation et la prise en charge de la maladie de Graves, qui va dans le sens d’un plus grand recours à la mesure des anticorps anti-récepteurs de la thyrotropine, de nouvelles approches pour la prise en charge des patientes atteintes d’hyperthyroïdie souhaitant une grossesse, de nouvelles approches dans la prise en charge du métabolisme du calcium avant la chirurgie de la thyroïde et une réévaluation critique de la toxicité à long terme des médicaments antithyroïdiens ». Le Dr Ross a ajouté que les sections portant sur les causes moins fréquentes de thyrotoxicose ont été développées.

« Ces directives de l’ATA, élaborées par un groupe de travail international et multidisciplinaire, représentent une mise à jour importante, par rapport à la version précédente publiée en 2011, car elles intègrent les études et les évolutions récentes des tendances en matière de pratiques », a ajouté le Dr Peter A. Kopp, rédacteur en chef de la revue Thyroid.