ENDO 2021 — Une thyroïdite subaiguë « atypique » peut persister pendant plusieurs mois après une infection par le virus du COVID-19

  • Univadis
  • Conference Report
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients qui présentent une inflammation de la thyroïde pendant une forme aiguë de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) peuvent présenter une thyroïdite subaiguë persistante plusieurs mois plus tard, malgré un retour à la normale de la fonction thyroïdienne.
  • Cette thyroïdite semble distincte de la thyroïdite subaiguë virale classique. Elle se caractérise par l’absence de cervicalgie et la présence d’un léger dysfonctionnement thyroïdien, et survient plus fréquemment chez les hommes.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats suggèrent que le COVID-19 pourrait provoquer chez certains patients un dysfonctionnement thyroïdien avec des mécanismes complexes et multifactoriels.

Méthodologie

  • 51 patients ont fait l’objet d’une évaluation 3 mois après leur hospitalisation pour une forme modérée à sévère du COVID-19.
  • Les patients ne présentaient aucun antécédent de maladie thyroïdienne et ne prenaient pas de médicaments antithyroïdiens, d’amiodarone ou de stéroïdes avant la mesure de la thyréostimuline (TSH) à l’inclusion.
  • Financement : Fondazione IRCCS Ca' Granda Ospedale Maggiore Policlinico ; Société européenne d’endocrinologie (European Society of Endocrinology).

Principaux résultats

  • Le taux de TSH est passé de 1,2 mUI/l à l’inclusion à 1,6 mUI/l à trois mois, tandis que la tétraiodothyronine sérique, la triiodothyronine, la protéine C-réactive et la formule sanguine complète se sont toutes normalisées (P < 0,01 pour toutes les valeurs, comparativement à l’inclusion).
  • 16 patients (33 %) présentaient des signes de thyroïdite focale lors de l’échographie thyroïdienne à 3 mois.
  • Sur les 14 patients ayant fait l’objet d’une scintigraphie d’absorption au 99mTc ou à l’I123 de la thyroïde, 29 %, 57 % et 14 %, respectivement, présentaient une absorption normale de la thyroïde, une réduction focale de l’absorption, et une réduction diffuse de l’absorption.
  • Sur les 16 patients atteints d’une thyroïdite focale, 3 étaient positifs aux auto-anticorps antithyroglobuline (Ac anti-Tg) ou antithyroperoxydase (Ac anti-TPO). 
  • Sur les deux patients présentant une réduction diffuse de l’absorption, un seul était positif aux Ac anti-Tg ou aux Ac anti-TPO.

Limites

  • Échantillon de petite taille.

Commentaire d’expert
L’auteure principale, la Dre Ilaria Muller, PhD, a déclaré : « Nous continuons à surveiller ces patients pour voir ce qu’il se passera au cours des prochains mois. Il est important de déterminer si le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2) a des effets négatifs d’apparition tardive sur la glande thyroïde, afin de diagnostiquer rapidement, puis de traiter, ces effets. »