ENDO 2019 : la testostérone pourrait aider les hommes atteints d’un hypogonadisme et d’une obésité à perdre du poids


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle recherche, présentée cette semaine à l’occasion du congrès annuel de la Société d’endocrinologie (Endocrine Society, ENDO 2019) aux États-Unis, suggère que le traitement par testostérone pourrait être bénéfique pour les hommes atteints d’un hypogonadisme et d’une obésité. 

L’étude observationnelle de 10 ans a inclus 805 hommes atteints d’un hypogonadisme, parmi lesquels 462 (57,4 %) étaient obèses. Parmi les patients atteints d’une obésité, 273 ont reçu un traitement par testostérone sous la forme d’injections d’undécanoate de testostérone (1 000 mg/12 semaines ; groupe T), tandis que 189 patients ont servi de témoins. 

Sur la période de 10 ans, les hommes traités par testostérone ont perdu 20,3 % de leur poids mesuré à l’inclusion (22,9 kg) et leur tour de taille a diminué de 12,5 cm. L’indice de masse corporelle (IMC) a diminué de 7,3 kg/m2 et le rapport tour de taille/taille a diminué de 0,07.

En revanche, les hommes non traités ont gagné 3,9 % de leur poids mesuré à l’inclusion (3,2 kg) et leur tour de taille a augmenté de 4,6 cm. Dans ce groupe, l’IMC a augmenté de 0,9 kg/m2 et le rapport tour de taille/taille a augmenté de 0,03.

Durant cette période, 12 hommes (4,4 %) du groupe T sont décédés, tandis que, dans le groupe témoin non traité, 57 décès (30,2 %), 47 infarctus du myocarde (24,9 %) et 44 accidents vasculaires cérébraux (23,3 %) sont survenus.

Selon les auteurs, les résultats suggèrent que la testostérone devrait être mesurée chez les hommes obèses et qu’un traitement par testostérone devrait leur être proposé s’il est indiqué.