Encephale : Hypomanie : une bipolarité qui s’installe ? Ou une simple extravagance ?

  • Dr Dominique-Jean Bouilliez

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L'hypomanie, majoritairement considérée comme une forme atténuée de la manie, est souvent difficile à reconnaître en tant qu'épisode car ses limites et ses contours sont mal définis. Elle peut aussi s'exprimer comme un trait durable de la personnalité hyperthymique avec des stratégies de compensation. Classiquement cependant, elle définit le trouble bipolaire de type II quand elle alterne avec des épisodes dépressifs majeurs et se manifeste par des troubles de l'humeur ou une humeur pathologique ou encore par des variations d'humeur excessives ou extrêmes sans qu'il n'y ait eu d'événement extérieur déclenchant ou avec des réactions disproportionnées par rapport à ces événements. Elle correspond donc à un état maniaque modéré avec plus d'initiative et d'énergie qu'en temps normal, une activité sociale accrue, une perte de timidité ou d'inhibition, chez des individus qui paraissent alors extravertis. Ces personnes ont plus de projets et un foisonnement d'idées, sont motivés et performants au travail et d'humeur très joyeuse, voire euphorique. En bref, a souligné Daniel Souery (Bruxelles), ce sont les personnes que l'on invite volontiers pour animer un dîner… Elles ont aussi une activité physique accrue, un humour facile, mais sont hypersensibles et logorrhéiques et infatigables sans manifester de fuites dans les idées.
Que dit le DSM-5 ?

Young Mania Rating Score

Un prodrome du trouble bipolaire de type II ou une hypercréativité ?



aucun génie n'ayant jamais existé sans une touche de folie