En France, les sujets obèses ont plus souvent recours aux urgences que les sujets de poids normal : pourquoi ?

  • Feral-Pierssens AL & al.
  • PLoS ONE
  • 1 janv. 2018

  • de Nathalie Barrès
  • Lecture critique
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Une étude française confirme que les individus obèses ont un recours plus important aux urgences médicales que les sujets de poids normal, et que ce recours augmente avec la sévérité de l’obésité. Les résultats de cette étude montrent que l’obésité est associée à différentes comorbidités et conditions socio-économiques défavorables qui pourraient impacter directement la fréquence des consultations aux urgences de ces individus.

Pourquoi est-ce important ?

La prise en charge des patients obèses aux urgences soulèvent des questions bien spécifiques sur les équipements à disposition et sur l’adaptation de certaines procédures. S’il existe quelques données dans la littérature sur le sujet, elles ne tiennent bien souvent pas compte de la situation socio-économique et des comorbidités qui pourtant influencent fortement l’accès aux soins. Cette étude menée sur le territoire français offre l’opportunité d’explorer ce sujet en intégrant toutes ces dimensions. 

Principaux résultats

Au total, les données de 21.035 sujets de poids normal et 5.003 sujets obèses ont été incluses dans les analyses. 

Les sujets obèses étaient plus âgés que les sujets de poids normal (57 vs 46 ans, pvs 47,5 ans, p

Au moment de l’inclusion, les hommes obèses étaient moins souvent fumeurs actifs, mais plus souvent d'anciens fumeurs que les sujets de poids normal. Les femmes obèses quant à elles, fumaient moins que les femmes de poids normal.

Comme attendu, les antécédents de maladie cardiovasculaire et de maladie respiratoire étaient plus fréquents chez les obèses que chez les individus de poids normal. Les cancers étaient également plus fréquents (6,2% vs 4,2% pour les hommes et 9% vs 7% pour les femmes, p

Près de la moitié des sujets obèses déclarait avoir des difficultés financières régulièrement ou en avoir eu récemment (45,7% pour les hommes obèses et 54% pour les femmes obèses, versus respectivement 29,5% et 35,5%, p

Après ajustement sur les différents facteurs de confusion, les hommes obèses avaient 18% et les femmes obèses 36% de risque supplémentaire de recourir aux urgences par rapport aux individus de poids normal (OR chez l’homme 1,18 [1,04-1,33], OR chez la femme 1,36 [1,22-1,52]). Ce risque était plus important pour les obésités sévères (IMC ≥40 kg/m2), (OR 2,18 [1,32-3,63] chez l’homme et 1,85 [1,38-2,49] chez la femme).

Méthodologie

  • CONSTANCES est une étude épidémiologique de cohorte basée sur un échantillon randomisé d’adultes français. 
  • Les données notamment issues de la base nationale de l’Assurance maladie ont permis d’évaluer 200.000 sujets sur cinq ans. Les sujets sélectionnés ont été invités à venir dans un centre médical pour répondre à un questionnaire. Ils devaient suivre des consultations médicales régulières qui comprenaient un examen physique et des mesures anthropométriques (taille, poids), afin de déterminer l’IMC et de pouvoir classer les individus.

Principales limitations

Le caractère auto-déclaré de certaines données (socio-économiques, difficultés sociales) peut avoir eu un impact sur la qualité des résultats.