En cas de métastases hépatiques du CCR, le cétuximab est associé à de moins bons résultats

  • Bridgewater JA & al.
  • Lancet Oncol
  • 31 janv. 2020

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une analyse à long terme de l’essai New EPOC révèle que l’ajout de cétuximab à la chimiothérapie est associé à une survie globale (SG) moins favorable que la chimiothérapie seule, chez des patients présentant des métastases hépatiques colorectales résécables et un KRAS de type sauvage.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats suggèrent que les anticorps dirigés contre le récepteur du facteur de croissance épidermique (Epidermal Growth Factor Receptor, EGFR) pourraient être nocifs dans le contexte du traitement néoadjuvant ou périopératoire du cancer colorectal (CCR) associé à des métastases hépatiques, d’après un éditorial accompagnant l’étude.  

Protocole de l’étude

  • Il s’agit des résultats de survie à long terme d’un essai contrôlé randomisé de phase III multicentrique, mené en ouvert, où les patients ont reçu une chimiothérapie avec ou sans cétuximab (New EPOC ; N = 257).
  • Financement : Centre de recherche sur le cancer au Royaume-Uni (Cancer Research UK).

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 66,7 mois.
  • La survie sans progression (SSP) médiane était plus longue dans le groupe chimiothérapie seule :
    • 22,2 mois, contre 15,5 mois (rapport de risque [RR] : 1,17 ; P = 0,304).
  • La SG médiane était plus longue dans le groupe chimiothérapie seule :
    • 81,0 mois, contre 55,4 mois (RR : 1,45 ; P = 0,036).
  • Aucune différence significative n’a été identifiée entre les groupes au niveau de la réponse préopératoire ou du statut de résection pathologique.

Limites

  • L’essai a été interrompu après une analyse intermédiaire.