Elobixibat : efficacité et tolérance sur la constipation chronique

  • Nakajima A & al.
  • Lancet Gastroenterol Hepatol
  • 24 mai 2018

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Les résultats de deux essais de phase 3, montrent que l’elobixibat améliore à court terme (2 semaines) le transit des sujets souffrant de constipation chronique et présente une bonne tolérance à court et long terme. Cependant de nouvelles études sont encore nécessaires pour mieux évaluer l’efficacité de ce nouveau traitement sur une plus longue période de suivi.

Pourquoi est-ce important ?

L’elobixibat est un inhibiteur sélectif du transporteur iléal des acides biliaires, qui agit en maintenant une concentration intraluminale élevée d’acides biliaires en réduisant leur absorption. L’elobixibat accélère le temps de transit colique chez les patients constipés.

Principaux résultats

Deux études de phase 3 japonaises ont été menées chez des patients âgés de 20 à 80 ans présentant une constipation chronique (critère de Rome III). Le premier essai était une étude randomisée, en double aveugle, contrôlée versus placebo où les patients étaient randomisés (1:1) pour recevoir après une période de stabilisation de 2 semaines, soit de l’elobixibat 10 mg/j durant 2 semaines, soit un placebo. Le second essai était un essai en ouvert, mené durant 1 an, où tous les patients recevaient de l’elobixibat (soit en dose de titration à 5mg/j ou 15mg/j, ou en dose de maintien à 10 mg/j). Le critère principal d’évaluation du premier essai était l'évaluation de la variation de la fréquence des selles spontanées après une semaine de traitement par rapport à l’inclusion, celui du 2essai portait sur la tolérance du traitement durant les 52 semaines (semaine 2, 4, puis toutes les 4 semaines) par rapport à l’initiation.

Au global, les données de 132 patients ont été inclus dans l’essai portant sur deux semaines de traitement (69 sous elobixibat (en intention de traiter – ITT) et 63 sous placebo). La fréquence des selles/semaine après une semaine de traitement était plus importante sous elobixibat que sous placebo (moyenne des moindres carrés 6,4 vs 1,7, p

Pour le second essai, 341 sujets ont été traités par l’elobixibat 5 à 15 mg/j durant la période d’évaluation de 52 semaines. La durée moyenne de traitement était de 201,8 jours sous elobixibat 5 mg/j (43% des patients), 132,9 jours sous 10 mg/j (100% des patients) et 209,8 jours (46% des patients) sous 15 mg/j. La proportion de patients sous chaque dosage d’elobixibat était d’environ 33% durant les quatre dernières semaines de la période d’évaluation de 52 semaines. Sur les 341 patients inclus (340 en ITT), 48% ont présenté des effets indésirables ; les plus fréquents (40%) étant les troubles gastro-intestinaux légers, dont 24% de douleurs abdominales et 15% de diarrhées. Une hernie inguinale a été rapportée chez un patient traité par elobixibat (événement indésirable modéré). 

Pour l’essai de 2 semaines, 30% des sujets ont eu des évènements indésirables sous elobixibat versus 8% sous placebo, les troubles gastro-intestinaux légers étaient retrouvés à raison de 28% (vs 3% sous placebo), les douleurs abdominales 19% (vs 2%) et des diarrhées 13% (vs 0%).

Des analyses post-hoc ont montré que la proportion de répondeurs au traitement durant l’essai en ouvert de 52 semaines était de 29% (avec des selles spontanées durant les 12 semaines de traitement, soit ≥3 fois/sem durant au moins 9 semaines sur les 12).

Méthodologie

Principales limitations

L’essai de 52 semaines étant en ouvert, les données sur l’efficacité restent limitées. Ces résultats nécessitent d’être confirmés auprès d’autres populations avant d’être généralisés.

Financement

EA Pharma and Mochida Pharmaceutical.