ELCC 2019 - Quelques conseils pour surmonter la résistance aux inhibiteurs de point de contrôle


  • Michael Simm
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Le microenvironnement des tumeurs pulmonaires peut être déterminant pour la réponse antitumorale. L’activation de la voie classique du complément et du composant C1q est associée à une survie plus courte.

Pourquoi est-ce important ?

Les inhibiteurs de point de contrôle immunitaire obtiennent des réponses impressionnantes, mais ne profitent pas durablement à la plupart des patients. La compréhension des mécanismes de réponse et de résistance pourrait permettre d’autres progrès.

Protocole de l’étude

Résumé de nombreuses publications et recherches personnelles.

Principaux résultats

  • Au moment où les patients sont traités par des inhibiteurs de point de contrôle, de nombreuses années peuvent s’être écoulées, accompagnées de changements majeurs dans le microenvironnement des tumeurs.
  • Le profilage individuel des patients révèle des gènes qui sont co-exprimés dans différents microenvironnements.
  • Les CPNPC se caractérisent par une forte association aux gènes liés aux lymphocytes T, lymphocytes B, cellules myéloïdes et structures lymphoïdes tertiaires (SLT).
  • Les SLT sont des agrégats immunitaires hautement organisés, où l’amorçage/activation des lymphocytes T et B intervient probablement. Ils semblent être indispensables à la réponse antitumorale.
  • Un échantillon de 458 cas de CPNPC a montré que les cellules dendritiques (CD) présentes dans les SLT modulaient l’effet clinique des lymphocytes T CD8 : une densité élevée de CD associées aux SLT favorisait la survie à long terme (80 mois contre 40 mois) et avait également permis de distinguer les patients présentant une infiltration élevée de lymphocytes T CD8+, mais un risque élevé de décès (92 mois contre 41 mois).
  • La voie classique du complément intervient également dans l’immunomodulation : une expression élevée de ses gènes est associée à une survie globale plus courte dans le cadre du carcinome épidermoïde du poumon ; les CPNPC présentent un nombre élevé de cellules exprimant C1q et les macrophages produisent du C1q dans l’environnement tumoral.

Déclaration d’intérêts

Consultant pour Novartis, Medimmune, BMS, Pierre Fabre Médicaments, Servier, Adaptimmune, Immunocore, Elsalys, Dracen, OSE Immunotherapeutics et OBT. Redevances versées par HalioDX.