EHA 2020 — Une comparaison croisée entre essais montre un bénéfice du tafasitamab chez des patients atteints d’un lymphome diffus à grandes cellules B


  • Michael Simm
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Selon l’investigateur principal, des « améliorations significatives et cliniquement pertinentes » ont été démontrées pour l’ajout du tafasitamab (tafa) au lénalidomide (LEN) en comparant les patients de 2 essais différents.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patients atteints d’un lymphome diffus à grandes cellules B (LDGCB) récidivant/réfractaire (R/R) qui ne sont pas éligibles à la greffe ont un mauvais pronostic et peu d’options de traitement.
  • Le tafa est un anticorps anti-CD19 présentant une cytotoxicité tumorale directe dans des essais cliniques sur le LDGCB. 

Protocole de l’étude

  • « RE-MIND » est une étude mondiale sur les données réelles concernant le LEN dans le LDGCB. « L-MIND » est une étude de phase II en cours, en ouvert, sur l’association du tafa et du LEN. L’étude L-MIND a fourni une cohorte appariée à l’étude RE-MIND dans le but d’isoler la contribution du tafa au traitement combiné.
  • 76 patients de chaque essai ont été appariés pour 9 caractéristiques de référence par le biais de dossiers de cas électroniques.
  • La durée de suivi médiane était d’environ 21 mois.
  • Financement : MorphoSys AG.

Principaux résultats

  • Le critère d’évaluation principal, à savoir un taux de réponse globale (TRG) significativement meilleur sous tafa, a été atteint : 67,1 % contre 34,2 %. Le rapport de cotes du TRG était de 3,9 (IC à 95 % : 1,9–8,1 ; P 
  • Les taux de réponse complète (RC) étaient de 39,5 % contre 13,2 %.
  • La survie médiane sans progression était de 12,1 mois contre 4,0 mois.
  • Survie globale médiane : non atteinte contre 9,4 mois.

Limites

  • Il s’agissait d’une comparaison inhabituelle et indirecte de 2 schémas thérapeutiques différents dans différents essais.