EHA 2020 – Un traitement guidé par TEP pourrait éviter la radiothérapie à de nombreux patients atteints d’un lymphome de Hodgkin


  • Ben Gallarda
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La radiothérapie (RT) standard a été omise chez des patients atteints d’un lymphome de Hodgkin (LH) de stade précoce à risque défavorable qui répondait à la chimiothérapie (CT), sans perte d’efficacité du traitement.
  • Une évaluation par tomographie par émission de positons (TEP) de la réponse à la CT chez ces patients a permis de guider la décision d’omettre la RT.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’utilisation systématique de la RT chez ces patients généralement plus jeunes entraîne un risque d’effets secondaires à long terme, y compris un risque accru de cancers secondaires.

Protocole de l’étude

  • Un essai contrôlé randomisé prospectif de phase III international a été mené auprès de 1 100 patients âgés de 18–60 ans atteints d’un LH à risque défavorable nouvellement diagnostiqué.
  • Les patients ont été affectés à un traitement à modalités combinées (TMC) : 4 cycles de CT suivis de 30 Gy de RT des territoires ganglionnaires atteints ou un traitement guidé par TEP qui omettait la RT chez les patients présentant un score de Deauville (SD) inférieur à 3 après la CT.
  • Financement : Deutsche Krebshilfe, Ligue allemande de lutte contre le cancer.

Principaux résultats

  • Les résultats ont été confirmés par TEP chez 979 patients : 66,5 % ont obtenu une TEP négative, 24,3 % un SD de 3 et 9,2 % un SD de 4.
  • Survie sans progression (SSP) globale à 5 ans :
    • Groupe TMC (n = 428) : 97,3 %.
    • Traitement guidé par TEP (n = 477) : 95,1 %.
    • Différence : -2,2 % (IC à 95 % : -5,3 à 0,9 %), ce qui ne dépassait pas la limite de la marge de non-infériorité préspécifiée de -8 %.
  • SSP à 5 ans chez les patients ayant obtenu une TEP négative :
    • Groupe TMC, avec RT : 97,7 %.
    • Groupe avec traitement guidé par TEP, sans RT : 95,9 %.
  • Il a été confirmé que la positivité à la TEP était un facteur de risque significatif de progression de la maladie.

Limites

  • Faible nombre d’événements mortels.

Perspective

  • Le Dr Borchmann, qui a présenté ces résultats, a indiqué que « la chimiothérapie 2 + 2 guidée par TEP constitue le nouveau traitement de référence du GHSG [Groupe d’étude allemand du lymphome de Hodgkin] » et que « la plupart des patients atteints de cette maladie n’auront plus besoin de radiothérapie ».