EHA 2020 – Le traitement « scandinave » du lymphome à cellules du manteau se montre supérieur au schéma CHOP d’après des données suédoises


  • Michael Simm
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un protocole composé des schémas R-CHOP et R-cytarabine HD qui a été adapté aux patients en bonne santé atteints d’un lymphome à cellules du manteau (LCM) en Suède s’avère non inférieur à la bendamustine.
  • Une proportion significative de patients n’a reçu aucun traitement et a obtenu une survie globale médiane de 4,1 ans.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le traitement optimal du LCM n’est pas défini.
  • Les recommandations préconisent les schémas R-CHOP et R-bendamustine (RB) chez les patients âgés et fragiles. Chez les patients jeunes et les patients en bonne santé, une chimiothérapie intensifiée avec appui des cellules souches autologues est conseillée. Le protocole pratiqué en Suède est celui de l’essai scandinave « MCL2 », avec R-CHOP et R-cytarabine HD.
  • Aucune étude populationnelle portant sur la survie à l’ère post-rituximab n’a été menée.

Protocole de l’étude

  • Une analyse a été menée à partir du registre suédois des lymphomes et du registre national de la population pour le LCM pour la période 2007–2017. La durée minimale de suivi était de 1 an ; 1 277 patients ont été inclus, avec un âge médian de 71 ans.
  • Financement : Société suédoise du cancer et Janssen Pharmaceuticals.

Principaux résultats

  • La survie globale médiane était de 4,8 ans pour l’ensemble des patients, avec un suivi médian de 5,9 ans.
  • Les patients recevant le traitement scandinave du LCM étaient significativement plus jeunes, présentaient un meilleur indice de performance et étaient moins souvent à haut risque.
  • Après correction pour prendre en compte l’âge, le sexe et l’année civile du diagnostic, le rapport de risque (RR) par rapport à la bendamustine a révélé une infériorité du schéma CHOP (RR : 1,42 ; P = 0,028), mais n’a révélé aucune différence significative avec le traitement scandinave du LCM (RR : 0,90 ; non significatif).
  • Les patients n’ayant reçu aucun traitement au moment du diagnostic (n = 144) avaient un âge médian de 75 ans et ont obtenu une SG médiane de 4,1 ans.