EHA 2020 – Le suivi d’un essai de phase III valide l’association vénétoclax-obinutuzumab chez les patients atteints d’une LLC préalablement non traitée


  • Michael Simm
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Après 40 mois de suivi de 432 patients atteints d’une leucémie lymphocytaire chronique (LLC), l’association vénétoclax et obinutuzumab (VO) continue de se montrer supérieure au schéma thérapeutique de référence établi, chlorambucil et obinutuzumab (CO).

Pourquoi est-ce important ?

  • Le schéma VO était associé à une survie sans progression (SSP) plus longue que le schéma CO dans le cadre de l’essai CLL14 publié précédemment, mené auprès de 432 patients atteints d’une LLC préalablement non traitée et présentant des affections coexistantes, « probablement assez représentatifs de la pratique clinique ».

Protocole de l’étude

  • Un suivi à 40 mois de l’essai CLL14 a été réalisé.
  • Financement : F. Hoffmann-La Roche et AbbVie.

Principaux résultats

  • Les données de sécurité d’emploi révèlent une augmentation des tumeurs de 1,4 % à 6,4 % après le traitement par VO, comparativement à CO (1,9 %). « Un suivi plus important est nécessaire. »
  • Le critère d’évaluation principal était la SSP, dont la médiane n’a pas encore été atteinte après un suivi de 40 mois. Le taux de SSP à 3 ans était de 81,9 %, contre 49,5 % (rapport de risque [RR] : 0,31 ; IC à 95 % : 0,22–0,44 ; P 
  • Les patients porteurs de mutations/délétions de TP53 et de mutations de l’IGHV ont également obtenu une amélioration, mais dans une moindre mesure.
  • En termes de survie globale (SG), la médiane n’a été atteinte dans aucun des deux groupes, et aucune différence significative n’a été observée au niveau du taux à 3 ans (89,9 %, contre 88,0 %).
  • Le délai médian jusqu’au traitement suivant n’a été atteint dans aucun des deux groupes, mais les taux à 3 ans penchaient de manière significative en faveur de l’association VO (84,5 %, contre 72,1 %).
  • Environ la moitié des patients traités par VO ont maintenu des taux indétectables de maladie résiduelle 2 ans après le traitement.