EHA 2020 – Le Royaume-Uni met en œuvre avec succès une structure nationale pour le traitement par lymphocytes T-CAR dans le cadre des lymphomes de haut grade


  • Michael Simm
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Au Royaume-Uni, un accès « efficace, transparent et égalitaire » au traitement par lymphocytes T à récepteur antigénique chimérique (Chimeric Antigen Receptor, CAR) a été établi. Cela permet également de fournir des données en pratique réelle pour l’ensemble de la cohorte nationale de patients approuvés.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’Agence européenne des médicaments (European Medicines Agency, EMA) a autorisé le traitement par lymphocytes T-CAR en août 2018 dans le cadre du lymphome de haut grade.
  • L’Angleterre a été le premier pays à mettre en œuvre un service national avec validation centrale du traitement et recueil de données dès le mois de décembre 2018.

Protocole de l’étude

  • Mise à jour des résultats du Panel clinique national britannique sur les lymphocytes T-CAR (National CAR-T Clinical Panel, NCCP) pour l’ensemble de la cohorte nationale.
  • Financement : NHS Angleterre.

Principaux résultats

  • Entre décembre 2018 et janvier 2020, 276 patients ont été candidats pour recevoir le traitement. Le NCCP a validé 253 patients. Une aphérèse a été réalisée avec succès chez 235 patients. Des lymphocytes T-CAR ont été perfusés chez 183 patients (133 avec Axi-cell, 50 avec Tisagen, choix à la discrétion du centre).
  • La durée médiane de l’attente avant la perfusion était de 57 jours et le délai médian entre l’aphérèse et la perfusion était de 42 jours pour les patients britanniques, ce qui est plus long que ce qui a été observé aux États-Unis (données non présentées). Par conséquent, un taux d’abandon plus élevé dans la population en intention de traiter et une charge tumorale supérieure ont été observés au Royaume-Uni.
  • 156 patients évaluables à 3 mois : 45 réponses complètes (RC), 20 réponses partielles (RP), 6 décès, et 85 patients présentant une maladie progressive (MP).
  • Données à 6 mois (n = 114) : 30 RC, 6 RP, 6 décès, et 74 patients présentant une MP.
  • La toxicité du traitement était plus élevée avec Axi-cell qu’avec Tisagen en ce qui concerne le syndrome de libération des cytokines (92,5 % contre 68,0 %), le syndrome de neurotoxicité associée aux cellules effectrices de la réaction immunitaire (43,2 % contre 12,0 %) et les admissions en unité de soins intensifs (36,8 % contre 20,0 %).
  • La survie globale médiane des patients perfusés était de 13,4 mois après 9,9 mois de suivi.