EHA 2020 – L’acide rétinoïque améliore la survie chez les patients âgés atteints d’une leucémie myéloïde aiguë


  • Michael Simm
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout de l’acide tout-trans rétinoïque (ATTR) à la décitabine (DAC) chez les patients âgés atteints d’une leucémie myéloïde aiguë (LMA) augmente le taux de réponse globale et prolonge la survie de trois mois, sans toxicité supplémentaire.

Pourquoi est-ce important ?

  • Chez les patients âgés en mauvaise santé atteints d’une LMA, le pronostic est encore insatisfaisant.
  • L’ATTR a déjà été utilisé en association avec la DAC par le même groupe, avec des « résultats encourageants », dans le cadre d’un essai de phase II non randomisé.

Protocole de l’étude

  • Il s’agit d’un protocole factoriel 2 x 2 de phase II, avec 200 patients âgés de 60 ans et plus (64 % d’hommes), dont la moitié présentaient au moins 3 comorbidités, non préalablement traités et qui n’étaient pas susceptibles de retirer un bénéfice de la chimiothérapie d’induction standard.
  • Quatre groupes : administration de DAC avec ou sans acide valproïque (AVP) ou de DAC avec ou sans ATTR. La DAC était administrée aux jours 1–5 pendant 6 cycles de 28 jours, et l’AVP/ATTR du jour 6 au jour 28. Poursuite au sein du même groupe facultative.
  • Financement : ministère allemand de la Recherche et de l’Éducation.

Principaux résultats

  • Le critère d’évaluation principal était la meilleure réponse globale : DAC : 8,5 % ; DAC + AVP : 17,6 % ; DAC + ATTR : 26 % ; et DAC + AVP*ATTR : 18 %.
  • Aucune différence n’a été observée entre l’administration d’AVP et l’absence d’AVP (rapport de cotes [RC] : 1,06 ; P = 0,88), mais une différence significative a été observée entre l’absence d’ATTR et l’administration d’ATTR (RC : 1,80 ; résultat significatif à P = 0,12 [seul de significativité prédéfini :
  • Survie globale : aucune différence n’a été observée avec l’AVP (rapport de risque [RR] : 0,94), mais la SG était de 8,2 mois, contre 5,1 mois, avec et sans ATTR, respectivement (RR : 0,65 ; P = 0,006).
  • L’ATTR prolonge la durée de la réponse et de la maladie stable.

Perspective

  • Un essai randomisé confirmatoire portant sur des agents hyperméthylants associés au vénétoclax, qui comparera l’ATTR à un placebo, est en préparation (DECIDER 2).