EHA 2020 – Avec le recul, des améliorations ont été observées chez des patients âgés atteints d’une leucémie myéloïde aiguë au Danemark


  • Michael Simm
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La proportion de patients âgés atteints d’une leucémie myéloïde aiguë (LMA) recevant un traitement au Danemark a augmenté depuis l’an 2000, ce qui a entraîné une amélioration significative de la survie globale (SG) à 2 ans chez les personnes de plus de 50 ans.

Pourquoi est-ce important ?

  • La survie médiane est de moins de 3 ans chez les patients âgés de moins de 60 ans, mais elle est de moins de 12 mois chez les personnes de 60 ans ou plus.
  • Les nouveaux traitements, l’intensification de la chimiothérapie et d’autres facteurs auraient dû entraîner des améliorations au cours des 20 dernières années.

Protocole de l’étude

  • Les données de 3 825 adultes issus du Registre national danois de la leucémie aiguë, qui contient « presque tous » les patients traités dans les services d’hématologie danois, ont été extraites. Les patients ont été regroupés dans des catégories selon l’âge et l’intensité du traitement.
  • Financement : Société danoise de lutte contre le cancer.

Principaux résultats

  • Aucune différence significative n’a été observée au niveau de la SG ou de la survie à 2 ans chez les patients traités au cours des périodes 2000–2006, 2007–2011 et 2012–2016 (P = 0,29).
  • La répartition de l’âge a évolué pour la tranche d’âge 18–49 ans, passant de 18 % à 11 %, et la proportion de personnes âgées de plus de 75 ans a augmenté, passant de 27 % à 36 %.
  • La correction pour prendre en compte l’âge a révélé une augmentation significative de la SG à 2 ans chez les personnes âgées de 50–59 ans (P = 0,03) et de 60–75 ans (P = 0,009).
  • Une légère réduction du taux de traitement intensif (de 53 % à 44 %) et une forte augmentation du traitement non intensif (de 3 % à 14 %) ont été observées principalement chez les personnes âgées.
  • Davantage de patients ont reçu un traitement par cellules souches allogéniques (de 8 % à 28 %), avec une augmentation de l’âge médian (de 46 à 58 ans).