EHA 2019 – Un schéma d’induction par obinutuzumab associé au protocole DHAP dans le traitement du lymphome à cellules du manteau permet d’obtenir un taux élevé de négativité de la maladie résiduelle minimale


  • Agenzia Zoe
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

  • Un schéma d’induction par obinutuzumab en association avec une haute dose d’aracytine (HA) et une chimiothérapie à base de sel de platine (P ; O-DHAP) s’avère hautement efficace, en permettant d’obtenir une négativité de la maladie résiduelle minimale (MRM) dans la moelle osseuse (MO) chez 75 % des patients atteints d’un lymphome à cellules du manteau (LCM) non préalablement traités.
  • Le schéma thérapeutique est sûr et aucun signe de toxicité majeure n’a été signalé.

Pourquoi est-ce important 

  • Une négativité prolongée de la MRM après à la fois un traitement d’induction et une greffe de cellules souches autologues (GCSA) constitue un marqueur pronostique indépendant dans le cadre du LCM qui est utile pour la pratique clinique.
  • Le traitement de référence pour les patients plus jeunes atteints d’un LCM non traités repose sur l’association du rituximab et du protocole DHAP, suivie d’une GCSA de consolidation et de 3 ans de traitement d’entretien par rituximab.
  • Les données in vitro suggèrent que l’obinutuzumab pourrait être plus efficace que le rituximab pour ce qui est de l’activité anti-LCM, mais aucune donnée n’est disponible chez les patients atteints d’un LCM naïfs de traitement.

Protocole de l’étude 

  • L’essai prospectif de phase II et mené en ouvert a inclus 86 patients.
  • L’induction comprenait 4 cycles d’O-DHAP avant une GCSA de consolidation, suivie d’un traitement d’entretien par obinutuzumab pendant 3 ans, puis d’un traitement par obinutuzumab au besoin pour les patients positifs à la MRM.
  • L’objectif principal était l’efficacité du schéma O-DHAP initial évaluée au niveau moléculaire (MRM présente dans la MO d’après l’analyse des réarrangements Ig par PCR quantitative) après le traitement d’induction. La quantification avec une sensibilité d’au moins 10-4 a été obtenue par PCR numérique à gouttelettes (dd-PCR).
  • Les objectifs secondaires comprenaient également la survie sans progression (SSP) et la survie globale (SG).

Principaux résultats 

  • La durée médiane de suivi au moment de l’analyse était de 14 mois.
  • La MRM pouvait être interprétée chez 73 patients : 62 d’entre eux ont atteint le seuil de négativité de la MRM à l’analyse par dd-PCR (85 %).
  • 75 % des 71 patients analysés ont atteint le seuil de négativité de la MRM par qPCR.
  • Les données sur la SSP et la SG sont encourageantes, mais encore incomplètes.

Limites 

  • Durée de suivi courte.
  • Financement : Roche France.