EHA 2019 – L’isatuximab améliore la survie sans progression des patients atteints d’un myélome multiple en rechute/réfractaire


  • Elena Riboldi - Agenzia Zoe
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

  • L’ajout d’isatuximab, un anticorps anti-CD38, au pomalidomide et à la dexaméthasone à faible dose a permis d’améliorer significativement la survie sans progression (SSP) des patients atteints d’un myélome multiple en rechute/réfractaire (MMRR).

 

Pourquoi est-ce important 

  • Les thérapies visant à améliorer la survie des patients atteints d’un MMRR constituent un besoin médical non satisfait.
  • L’association isatuximab/pomalidomide/dexaméthasone à faible dose (IsaPd) est une nouvelle option thérapeutique pour la prise en charge du MMRR.

 

Protocole de l’étude 

  • L’essai de phase III ICARIA-MM a inclus 307 patients atteints d’un MMRR qui ont reçu ≥ 2 lignes de traitement antérieures (incluant le lénalidomide et un inhibiteur du protéasome) et étaient réfractaires au dernier traitement.
  • Les patients ont été affectés de manière aléatoire (selon un rapport 1:1) pour recevoir soit l’association IsaPd, soit l’association pomalidomide/dexaméthasone (Pd) à faible dose jusqu’à la progression de la maladie ou l’émergence d’une toxicité inacceptable.
  • Le critère d’évaluation principal était la SSP ; les critères d’évaluation secondaires étaient le taux de réponse globale (TRG) et la survie globale (SG).

 

Principaux résultats 

  • Les arrêts de traitement ont été moins nombreux dans le bras IsaPd que dans le bras Pd (87/154 contre 114/153).
  • Au suivi médian de 11,6 mois, la SSP médiane était de 11,5 mois dans le bras IsaPd et de 6,5 mois dans le bras Pd (RR : 0,596 ; P = 0,001).
  • Le bénéfice en termes de SSP obtenu avec l’association IsaPd était le même dans tous les principaux sous-groupes.
  • L’ajout d’isatuximab à l’association Pd a permis d’obtenir une amélioration significative du TRG (60,4 % contre 35,3 % ; P 
  • Comme la médiane n’a été atteinte dans aucun des deux bras, une tendance à l’amélioration de la SG a été observée dans le bras IsaPd (RR : 0,687), mais les données concernant la SG ne sont pas complètes.
  • Malgré des événements indésirables apparus sous traitement de grade ≥ 3 plus fréquents (86,8 % contre 70,5 %), l’ajout d’isatuximab à l’association Pd n’a pas augmenté la mortalité (7,9 % contre 9,4 %) ni les événements entraînant l’arrêt du traitement (7,2 % contre 12,8 %).
  • L’anémie et la thrombocytopénie étaient semblables dans les deux bras, la neutropénie de grade 4 était plus fréquente dans le bras IsaPd.

 

Financement 

  • Sanofi.

 

Commentaire d’expert

« Avec l’association IsaPd, la survie sans progression est la plus longue observée à ce jour dans cette population de patients. Il est important de noter que le profil de sécurité d’emploi pouvait généralement être contrôlé avec des soins de soutien appropriés, et que la qualité de vie des patients était maintenue. » Paul G. Richardson, Institut du cancer Dana-Farber (Dana-Farber Cancer Institute), Faculté de médecine de Harvard (Harvard Medical School), Boston (MA, États-Unis), investigateur principal de l’essai ICARIA-MM.