EHA 2019 – Commentaire d’expert – Thérapie génique et thérapie cellulaire : le présent est prometteur, l’avenir pourrait être radieux


  • Agenzia Zoe
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Franco Locatelli est professeur titulaire en pédiatrie à l’Université de Pavie et chef du département d’hématologie et d’oncologie pédiatriques, à l’hôpital pour enfants IRCCS Ospedale Bambino Gesù de Rome, en Italie. Il a apporté des contributions importantes dans le domaine des troubles hématologiques chez l’enfant. Ses recherches actuelles portent sur les cellules CAR-T et la thérapie génique de la thalassémie.

 

  • Plusieurs présentations lors du congrès de l’EHA ont mis l’accent sur les thérapies géniques et cellulaires à la fois pour le traitement des maladies héréditaires et du cancer.
  • En ce qui concerne les maladies héréditaires : les données sont particulièrement prometteuses dans deux domaines principaux. Tout d’abord, la thérapie génique pour la bêta-thalassémie, puis la thérapie génique pour la maladie drépanocytaire.
  • En ce qui concerne le traitement par cellules CAR-T : des mises à jour concernant des études menées par des entreprises et des données provenant d’établissements universitaires ont toutes deux confirmé que la leucémie lymphoblastique aiguë à précurseurs B tire profit du traitement par cellules CAR-T de deuxième génération ciblant le CD19.
  • Les résultats obtenus chez les adultes atteints de lymphomes non hodgkiniens agressifs à cellules B, en particulier d’un lymphome diffus à grandes cellules B et d’un lymphome folliculaire, démontrent que ces patients peuvent être traités avec succès par cellules CAR-T.
  • Les études académiques démontrent que les établissements universitaires peuvent offrir la possibilité de traiter les patients en dehors des essais dirigés et menés sous la supervision d’entreprises, ce qui permettrait ainsi d’augmenter le nombre de patients pouvant être traités.
  • Des données très intéressantes concernant les patients atteints d’un myélome multiple sont également disponibles. On peut alors s’attendre à ce que d’autres hémopathies malignes, y compris la leucémie lymphocytaire chronique voire les lymphomes CD30 positifs, puissent être traités avec succès par cellules CAR-T à l’avenir.
  • On note aussi un vif enthousiasme pour l’application du traitement par cellules CAR-T aux tumeurs solides.
  • Dans notre hôpital, nous menons un essai chez des enfants atteints d’un neuroblastome : bien que nous traitions une maladie très avancée en rechute/réfractaire, nous avons obtenu des résultats prometteurs en termes de réponse, ce qui suggère que les résultats seront meilleurs lorsque la thérapie sera utilisée à une phase plus précoce de la maladie.
  • Ces médicaments de thérapie innovante doivent être étroitement contrôlés, surveillés et autorisés à titre provisoire par les organismes de réglementation avant d’être utilisés chez l’être humain.
  • Nous ne pouvons pas proposer ces thérapies aux patients nouvellement diagnostiqués à l’heure actuelle, c’est pourquoi il est essentiel de sélectionner minutieusement les patients.
  • Le coût de ces thérapies est un problème qu’il faut absolument résoudre, surtout dans les pays disposant d’un système national de santé.
  • Nous travaillons sur des essais utilisant les cellules tueuses naturelles (Natural Killer, NK) CAR, car cette stratégie pourrait offrir plusieurs avantages, par rapport aux cellules CAR-T.
  • Premièrement, la toxicité liée aux lymphocytes NK pourrait être plus faible que celle des cellules CAR-T, parce que la production de cytokines par les lymphocytes NK présente un profil moins toxique et plus favorable.
  • Deuxièmement, ces cellules pourraient être immédiatement disponibles : nous pouvons comprendre comment préparer des banques de cellules CAR-NK.
  • Cela pourrait permettre de surmonter deux problèmes : le temps nécessaire à la préparation des cellules CAR-T et le fait qu’une partie des patients ne peut pas bénéficier des cellules CAR-T, car il est impossible de fabriquer le produit.
  • En fait, certains patients à un stade avancé de leur maladie n’ont soit pas suffisamment de lymphocytes T, soit la fonction de leurs lymphocytes T est très mauvaise, ce qui empêche la production d’un bon produit à base de cellules CAR-T.
  • Enfin, l’effet cytotoxique des lymphocytes NK est supérieur à celui des lymphocytes T. En d’autres termes, les lymphocytes NK sont les lymphocytes cytotoxiques les plus puissants présents dans le corps.