Efficacité en situation réelle de l’atézolizumab dans le cadre du cancer des voies urinaires avancé


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les résultats de l’étude SAUL ont démontré la sécurité d’emploi et l’efficacité en situation réelle de l’atézolizumab dans le cadre du traitement du carcinome urothélial ou non urothélial des voies urinaires localement avancé ou métastatique.

L’essai international à bras unique portant sur la sécurité d’emploi a évalué l’atézolizumab au sein d’une vaste population prétraitée et a inclus des patients inéligibles pour l’essai pivot de phase III IMvigor211 portant sur l’atézolizumab.

Entre novembre 2016 et mars 2018, 1 004 patients ont été inclus. Ils étaient atteints d’un carcinome urothélial ou non urothélial des voies urinaires localement avancé ou métastatique et avaient présenté une progression de la maladie durant ou après 1 à 3 traitements antérieurs pour une maladie inopérable localement avancée ou métastatique.

La durée de suivi médiane était de 12,7 mois. La durée de traitement médiane était de 2,8 mois, avec un intervalle de 0 à 19 mois.

La survie globale (SG) médiane était de 8,7 mois (IC à 95 % : 7,8–9,9). Le taux de SG à 6 mois était de 60 % (IC à 95 % : 57–63 %), la survie sans progression médiane était de 2,2 mois (IC à 95 % : 2,1–2,4) et le taux de réponse globale était de 13 % (IC à 95 % : 11–16 % ; 3 % de réponses complètes).

8 % des patients ont arrêté le traitement pour cause de toxicité. Des événements indésirables de grade supérieur ou égal à 3 sont survenus chez 45 % des patients. Les événements indésirables liés au traitement de grade supérieur ou égal à 3 les plus fréquents étaient la fatigue, l’asthénie, la colite et l’hypertension.

Les résultats, publiés dans la revue European Urology, sont cohérents avec ceux d’essais pivots antérieurs portant sur le carcinome urothélial.