Efficacité du fremanezumab dans la prise en charge de la migraine épisodique

  • Dodick DW & al.
  • JAMA
  • 15 mai 2018

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans la prise en charge de la migraine épisodique, le fremanezumab administré toutes les 4 semaines (225 ou 675 mg SC) permet de réduire le nombre de jours mensuels de migraine par rapport à l’injection d’un placebo : 4,9 et 5,3 jours contre 6,5 jours respectivement après un suivi de 12 semaines (pversus 27,9%, p
  • La fréquence des évènements indésirables graves ou ayant entraîné un arrêt du traitement était identique dans les trois groupes, mais le nombre d’évènements liés au traitement était plus élevé dans les deux groupes recevant le fremanezumab. L’éditorial accompagnant l’article précise à ce sujet que les agences d’enregistrement devront évaluer la sécurité à long terme, a fortiori du fait de l’implication probable de la CGRP (calcitonin gene-related peptide) dans l’homéostasie cardiovasculaire et pulmonaire.
  • En termes d’efficacité, l’éditorial souligne également que la restriction des critères d’inclusion peut réduire l’intérêt du traitement pour les sujets les plus sévèrement touchés par la migraine, pourtant particulièrement intéressés par un traitement préventif. Il invite enfin à investiguer le phénotype d’un groupe de patients apparus comme particulièrement répondeurs au fremanezumab.

Pourquoi est-ce important ?

Le fremanezumab est un des anticorps monoclonaux développés pour contrer la CGRP , un neuropeptide impliqué dans la transmission nerveuse de la douleur et la vasodilatation . Après une étude de phase 3 consacrée à la prise en charge de la migraine chronique , le JAMA publie l’étude de phase 3 évaluant la molécule dans la migraine épisodique.

Principaux résultats

  • Les 875 patients recrutés (âge moyen : 41,8 ans, 85% de femmes) ont été randomisés (1:1:1) entre une injection SC mensuelle de frémanezumab de 225 mg, de 675 mg (dans l’optique d’un traitement trimestriel) ou d’un placebo durant 12 semaines. Au total, 90,4% des participants ont terminé l’étude.
  • Durant les 28 jours ayant précédé la première injection, le nombre moyen mensuel de jours de migraine était de 8,9 et 9,2 sous frémanezumab 225 mg et 675 mg contre 9,1 sous placebo. À 12 semaines, ce nombre était passé (critère principal) à 4,9 jours, 5,3 et 6,5 jours respectivement, soit une différence de 1,5 jour et 1,3 jour versus placebo (p
  • Parmi les différents critères secondaires évalués, la proportion de patients ayant atteint une diminution de ce nombre d’au moins 50% à 12 semaines était de 47,7% et de 44,4% contre 27,9% sous placebo. La moyenne du score d’auto-évaluation MIDAS évaluant la perte de productivité induite par la migraine sur un trimestre était passée dans les trois groupes de 38,0, 41,7 et 37,3 points à 12,6, 14,6 et 19,4, soit une différence de 7 et 5,4 points par rapport au placebo (p
  • Au total, 48% et 47% des sujets sous fremanezumab ont développé au moins un évènement indésirable lié au traitement, contre 37% sous placebo. Les événements indésirables les plus fréquents étaient liés au point d’injection (douleur, érythème, induration). Cinq arrêts pour évènements indésirables ont été notifiés dans chaque groupe. La fréquence des évènements indésirables graves ou ayant entraîné un arrêt du traitement était identique dans les trois groupes (

Méthodologie

  • Étude clinique randomisée multicentrique (123 sites, 9 pays) de phase 3 conduite en double aveugle, contrôlée par placebo entre mars 2016 et avril 2017.
  • Les sujets inclus devaient être âgés de 18 à 70 ans, souffrir de migraine épisodique (6-14 jours de céphalées, avec au moins 4 jours de migraine, pendant la période de prétraitement de 28 jours).

Limitations

Les sujets ayant présenté un échec thérapeutique à deux types de médicaments préventifs contre la migraine étaient exclus.

Financement

Étude financée par Teva Pharmaceuticals.