Efficacité des vaccins à ARNm dans la vraie vie

  • Chung H & al.
  • BMJ

  • Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Cette étude observationnelle canadienne de grande ampleur montre qu’avec un schéma vaccinal complet, les vaccins à ARNm, Pfizer-BioNTech ou Moderna, ont une forte efficacité vaccinale contre les formes symptomatiques ou sévères d’infection par le SARS-CoV-2 (91% et 98% respectivement, 7 jours après la seconde dose).
  • Elle confirme la moindre efficacité d’une seule dose vaccinale (50% à 70% après 14 jours), en particulier chez les sujets âgés de 70 ans et plus, et chez ceux avec comorbidités, soulignant l’intérêt à rapprocher les deux injections dans cette population.
  • En revanche, l’augmentation progressive de l’immunité contre les formes graves après la première dose plaide en faveur d’un plus grand nombre de premières doses chez les plus jeunes et d’un retard possible de la deuxième dose en situation de disponibilité limitée des vaccins.

 

 

Les vaccins à ARNm sont ceux qui ont obtenu les meilleurs taux d’efficacité dans les essais cliniques. Mais qu’en est-il dans la « vraie vie » sur des populations hétérogènes, avec des intervalles de dose variables, et face aux nouveaux variants ? L’efficacité des vaccins à ARNm Pfizer-BioNTech et Moderna contre les formes symptomatiques et sévères de COVID-19 vient d’être évaluée en population, à partir de la base de données de santé de l’Ontario (Canada) représentant 15 millions de personnes.

Méthodologie

Tous les résidents de l’Ontario de 16 ans ou plus couverts par l’assurance santé de la province et ayant passé un test PCR entre décembre 2020 et avril 2021 en raison de symptômes compatibles avec le COVID-19 étaient éligibles. Rappelons que les vaccins Pfizer et Moderna ont été mis en circulation les 14 et 28 décembre 2020 respectivement. Les sujets qui avaient reçu le vaccin d’Astra Zeneca étaient exclus. Le critère principal de l’étude était les infections symptomatiques à SARS-CoV-2 confirmées par PCR, les admissions à l’hôpital et les décès liés à l’infection.

Résultats

Sur les 324.033 sujets vivants en communauté âgés de 16 ans ou plus présentant des symptômes compatibles avec le COVID-19 et ayant été testés par test PCR, 21.272 (6,6%) avaient reçu au moins une dose de vaccin à ARNm et 4.894 (1,5%) avaient reçu 2 doses.

Parmi ceux qui étaient positifs au SARS-CoV-2 (53.270 sujets, 16,4%), 2.479 (4,7%) ont eu une forme sévère de COVID-19, 2.035 ont été hospitalisés et 444 sont décédés.

  • Efficacité vis-à-vis des infections symptomatiques

L’efficacité vaccinale contre les infections symptomatiques, observée à partir de 14 jours suivant la première dose, était de 60% [IC95% : 57%-64%]. Plus précisément, elle était de 48% entre 14 et 20 jours après la première dose et augmentait jusqu’à 71% entre 35 et 41 jours. À partir du 7e jour suivant la deuxième dose, une efficacité vaccinale de 91% [89%-93%] était observée.

  • Efficacité vis-à-vis des formes graves

L’efficacité des vaccins vis-à-vis des formes sévères, c’est-à-dire ayant nécessité une hospitalisation ou ayant entraîné un décès, était de 70% [60%-77%] au-delà de 14 jours suivant la première injection (tous délais confondus). Cette immunité augmentait de 62% entre le 14e et le 20e jour et atteignait 91% à partir du 35e jour. Elle était à 98% à partir du 7e jour suivant la seconde dose.

  • Chez les sujets de 70 ans et plus

Dans cette population, l’efficacité vaccinale contre les infections symptomatiques après une seule dose de vaccin était plus basse (64%) et atteignait son maximum plus tard (85% entre le 42e et le 48e jour) par rapport aux plus jeunes.