Efficacité de la thérapie laser bas niveau pour le traitement de l’arthrose du genou


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les résultats d’une nouvelle revue systématique et d’une méta-analyse suggèrent que l’utilisation d’une thérapie laser bas niveau (Low-Level Laser Therapy, LLLT) pourrait réduire significativement la douleur et l’incapacité chez les patients atteints d’une arthrose du genou (AG), par rapport à un placebo. 

Pour les besoins de l’étude, les chercheurs ont examiné les données issues de 22 essais contrôlés randomisés ayant inclus 1 063 individus, afin d’étudier l’efficacité de la LLLT pour réduire la douleur du genou dans le cadre de l’AG. La douleur moyenne à l’inclusion parmi les individus était de 63,61 mm sur l’échelle visuelle analogique (EVA) allant de 0 à 100 mm. 

Les auteurs ont rapporté que la douleur avait été significativement réduite par la LLLT, par rapport au placebo, à la fin de la thérapie (différence moyenne de 14,23 mm à l’EVA ; IC à 95 % : 7,31–21,14) et pendant le suivi 1 à 12 semaines plus tard (différence moyenne de 15,92 mm à l’EVA ; IC à 95 % : 6,47–25,37). L’incapacité a également été réduite de manière significative par la LLLT, par rapport au placebo, à la fin de la thérapie et pendant le suivi, 1 à 12 semaines plus tard. 

Les essais ont également été sous-groupés en fonction de l’observance et de la non-observance aux recommandations de l’Association mondiale pour la thérapie laser (World Association for Laser Therapy) concernant la dose laser par zone de traitement. Les auteurs ont noté que les doses recommandées de LLLT permettaient un soulagement de la douleur cliniquement significatif dans le cadre de l’AG, mais que les doses non recommandées n’apportaient qu’un effet positif faible ou nul.

 Les résultats ont été publiés dans la revue BMJ Open