Efficacité d’un entraînement à l’inclinaison pour la syncope réflexe : nouvelle recherche


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’entraînement à l’inclinaison (EI) pourrait être une option thérapeutique efficace pour la syncope réflexe (SR) réfractaire, selon une recherche présentée à l’occasion du congrès 2019 de l’Association européenne du rythme cardiaque (European Heart Rhythm Association), qui s’est déroulé plus tôt ce mois-ci. 

L’étude a inclus 102 adultes ayant présenté des SR orthostatiques, réfractaires aux mesures conventionnelles, qui avaient participé à un programme d’EI. Dans le cadre de ce programme, les participants se sont allongés sur une table s’inclinant jusqu’à 60° pendant 6 séances et jusqu’à 70° pendant 3 séances, la table restant surélevée à chaque fois pendant 20–30 minutes. Durant cette période, les participants ont fait l’objet d’un électrocardiogramme (ECG) et d’une surveillance de la pression artérielle (PA). Le programme hospitalier a été combiné à un auto-entraînement au maintien de la position orthostatique à domicile. 

Après un suivi moyen de 5,5 ans, la plupart des patients n’avaient pas présenté d’épisodes récurrents de syncope (n = 89 ; 86,3 %) ou de présyncope (n = 82 ; 80 %), tandis que chez les patients restants (14 %), une diminution significative a été constatée concernant le nombre de syncopes et de présyncopes. Le programme a également été associé à une diminution significative des inquiétudes, des craintes et des frustrations liées aux évanouissements. 

« Ces résultats montrent que l’entraînement à l’inclinaison est une option de traitement sûre et efficace pour certains patients présentant des épisodes de syncope récurrents », a déclaré l’auteur de l’étude, le Dr Sergio Laranjo, de l’hôpital Santa Marta, à Lisbonne, au Portugal.