Effet de la réduction intensive du taux de cholestérol LDL avec des inhibiteurs de la PCSK9 sur le xanthome du tendon


  • Atherosclerosis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Par Ruth Frikke-Schmidt, Chef de service hospitalier, professeur-chercheur agrégé, MD, DMSc, PhD, Rigshospitalet, Université de Copenhague, Copenhague, au Danemark.

 

Ana M. Bea et ses collègues rapportent dans le numéro d’août 2017 de la revue Atherosclerosis que l’ajout d’un inhibiteur de la PCSK9 à un traitement par statines et ézétimibe a entraîné une plus grande diminution du taux de cholestérol LDL et du xanthome du tendon après trois ans de traitement. L’auteur principal, Ana M. Bea, est en poste à l’Unidad Clinical Y de Investigacion en Lipidos y Artheriosclerosis de l’Hôpital universitaire Miguel Servet, Instituto de Investigacion Sanitaria Aragon (IIS Aragon), Université de Saragosse, CIBERCV, Saragosse, en Espagne.

 

Contexte : Les xanthomes du tendon sont des dépôts de lipides sur certains tendons, principalement le tendon d’Achille et les tendons extenseurs de la main. Ces dépôts de lipides provoquent un épaississement diffus et/ou ciblé et prédisposent les tissus à l’inflammation, entraînant parfois des douleurs et une perte partielle de fonction. Les xanthomes du tendon sont très spécifiquement liés à l’hypercholestérolémie familiale, et les individus qui en sont atteints présentent souvent une mutation du gène du récepteur LDL. L’effet sur les xanthomes du tendon de la réduction du taux de cholestérol LDL à l’aide d’anticorps de la PCSK9 reste inconnu.

Résultats :  Des sujets atteints d’hypercholestérolémie hétérozygote familiale confirmée par des tests génétiques et de xanthomes du tendon ont été étudiés à l’aide d’une ultrasonographie haute résolution après avoir reçu un traitement hypolipémiant intensif. Une réduction de 5 % des xanthomes du tendon avec les inhibiteurs de la PCSK9 a été observée sur une période moyenne de presque trois ans.

Conclusion et discussion :  Chez les patients atteints d’hypercholestérolémie hétérozygote familiale et de xanthomes du tendon traités par des statines puissantes, l’ajout d’un inhibiteur de la PCSK9 a eu pour résultat une plus grande diminution du taux de cholestérol LDL et de l’épaisseur des xanthomes du tendon après trois ans de traitement. Cet effet était très probablement dû à une réduction plus intensive du taux de cholestérol LDL chez les patients ayant reçu des inhibiteurs de la PCSK9. Cette étude n’étant pas randomisée, il convient de faire preuve de prudence dans l’analyse des résultats, et une étude contrôlée randomisée est nécessaire afin de tirer des conclusions définitives.