Eczéma pédiatrique : trois soignants sur quatre sont atteints d’une dépression


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Près de 3 soignants sur 4 s’occupant de jeunes enfants atteints d’une dermatite atopique (DA) se sont avérés être atteints d’une dépression, selon une nouvelle étude présentée à l’occasion du 28e congrès de l’Académie européenne de dermatologie et de vénéréologie (European Academy of Dermatology and Venereology, EADV), qui s’est tenu en Espagne la semaine dernière. 

Dans le cadre de l’étude, les chercheurs ont évalué l’impact d’un diagnostic de DA sur 83 membres familiaux et soignants de 35 enfants (âgés de 1 à 6 ans) atteints d’une DA. L’échelle d’évaluation de la dépression de Hamilton (Hamilton Depression Rating Scale), l’échelle d’évaluation de l’anxiété de Hamilton (Hamilton Anxiety Rating Scale), ainsi qu’un questionnaire à sept items, ont été utilisés pour évaluer les symptômes de dépression et d’anxiété chez les soignants. 

L’étude a révélé que toutes les personnes interrogées avaient signalé au moins une anxiété de sévérité légère et que 73,5 % des participants (n = 61) présentaient une dépression. Les chercheurs n’ont découvert aucune association entre les scores obtenus et la sévérité de la maladie. 

« Le caractère chronique et la complexité de la dermatite chronique conduisent suivent à négliger l’anxiété et la dépression chez les membres familiaux et les soignants, mais nos résultats montrent qu’on ne saurait trop insister sur l’étendue de ce phénomène. À l’avenir, nous devons avoir une vision équilibrée de la situation et adopter une approche élargie pour la prise en charge de la dermatite atopique, non seulement chez les patients, mais également chez leur famille », a déclaré la chercheuse principale, le Dr Vesna Grivcheva-Panovska.