Eczéma : les antihistaminiques H1 par voie orale ont-ils un intérêt ?


  • Fanny Le Brun
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L'eczéma est un trouble cutané fréquent ayant un impact non négligeable sur la qualité de vie. Si le traitement topique représente la prise en charge standard de cette pathologie (ex : émollients, hydratants, corticoïdes en crème), des antihistaminiques H1 pris par voie orale (comprimés ou forme liquide) sont souvent administrés pour soulager les démangeaisons. Mais sont-ils efficaces et sûrs ?

Une revue d’études, dont les résultats viennent d’être publiés, a évalué les effets des antihistaminiques H1 oraux comme traitement d'appoint au traitement topique chez les adultes et les enfants atteints d'eczéma. Elle a inclus 25 essais contrôlés randomisés (8 chez des enfants et adolescents et 17 chez des adultes), avec un total de 3 285 participants ayant reçu un diagnostic d'eczéma. Les antihistaminiques H1 ont été comparés à un placebo dans toutes les études, sauf une. Celles-ci ont duré de 3 jours à 18 mois et ont évalué 13 antihistaminiques H1 différents.

Les résultats des principales comparaisons n’ont pas permis de mettre en évidence de données probantes cohérentes sur l'efficacité des antihistaminiques H1 comme traitement d'appoint de l'eczéma comparativement au placebo :

  • La fexofénadine entraîne probablement une légère amélioration du prurit évalué par le patient mais sans différence significative dans la quantité de traitement utilisée pour prévenir les poussées d'eczéma,
  • La cétirizine n’a pas donné de meilleurs résultats que le placebo pour ce qui est des signes cliniques évalués par le médecin et des symptômes évalués par le patient,
  • La loratadine n’a pas montré de bénéfice par rapport au placebo.

Cependant, il faut noter que la qualité des données probantes était limitée en raison de la mauvaise conception des études et des résultats imprécis. Il serait souhaitable que de nouvelles études soient mises en œuvre en définissant plus clairement l'état des patients (évolution et gravité) et la méthodologie (sélection et randomisation des participants, caractéristiques de base, critères de jugement…).