Échec de la prévention des réinfections VHC chez les hommes VIH ayant des relations sexuelles avec les hommes

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

Le VHC se transmet par voie sexuelle chez les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH), notamment en cas de pratiques à risque. Après une guérison spontanée d'une infection aiguë, ou à la suite d'un traitement à base d'interféron, les cas de réinfection des personnes infectées par le VIH ne sont pas rares. Face à l'enjeu de santé publique et médico-économique des co-infections VIH-VHC, des chercheurs européens ont voulu estimer plus précisément ce risque à partir d'une étude rétrospective conduite dans plusieurs pays européens.

Méthodologie

  • Étude rétrospective conduite dans huit centres hospitaliers de France, Allemagne, Royaume-Uni et Autriche appartenant au réseau NEAT (Networking European Clinical trials on HIV/Aids Therapy).

  • Les patients inclus étaient des hommes HSH infectés par le VIH et ayant été guéris d'une infection aiguë par le VHC entre mai 2002 et février 2014. Leurs données démographiques, cliniques et biologiques étaient collectées.

  • Les patients étaient considérés comme guéris lorsque la charge virale (PCR-VHC) était négative 12 semaines après la fin du traitement ; la guérison spontanée était constatée lorsque la charge virale était négative durant 24 semaines.

Résultats

  • 606 sujets ont été inclus : l'épisode infectieux ayant motivé l'inclusion avaient été guéri par traitement pour 494 (81,5%) d'entre eux ou spontanément pour 111 d'entre eux (18,3%) (non renseigné pour un patient).

  • Après un suivi moyen de 3,0 ans, 149 patients (24,6%) avaient présenté une nouvelle réinfection aiguë par le VHC. La plupart (82%) avaient une charge virale VIH indétectable au moment de la réinfection, avec un nombre moyen de LTCD4+ de 533 cellules/mm3.

  • Parmi ces 149 patients, 30 d'entre eux ont connu une nouvelle réinfection, avec un délai moyen de 1,8 ans entre les deux. Cinq ont même connu une troisième infection par le VHC.

  • L'incidence des réinfections par le VHC était de 7,3 pour 100 patients-années et le délai moyen avant réinfection de 2,0 ans. Le taux de réinfection était plus élevé pour les sujets ayant été guéris par traitement que chez ceux qui avaient spontanément éliminé le virus (7,8 vs 4,9 pour 100 patients-années).

  • Le taux de réinfection s’est montré disparate selon les pays : le centre français affichait le taux le plus élevé avec 21,8 cas pour 100 patients-années. À l'inverse, le taux le plus bas était relevé à Hambourg, avec 5,0 pour 100 patients-années.

Limitation

Il s'agissait d'une étude rétrospective. Par ailleurs, certaines réinfections ont pu échapper au suivi entre deux visites.

À retenir

À partir des données d'une cohorte importante, cette étude montre que l'incidence des réinfections par le VHC est très élevée chez les hommes HSH infectés par le VIH, soulignant l'échec des méthodes actuelles de prévention. La mise en place de stratégies spécifiques semble donc indispensable.