ECE : Hypothyroïdie infraclinique de l’enfant : traiter ou pas ?

  • Dr Dominique-Jean Bouilliez

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L'hypothyroïdie infraclinique est une condition biochimique définie par une augmentation de la concentration sérique de TSH au-dessus de la limite normale associée à des concentrations normales de T4 et de T4 libre. Chez les enfants, cette hypothyroïdie est une affection la plupart du temps bénigne et rémittente et le risque de progression vers une hypothyroïdie manifeste dépend de la cause sous-jacente. En effet, l'hypothyroïdie infraclinique auto-immune est associée à un risque accru alors qu'en cas d'hypothyroïdie non-auto-immune, le risque de progression est faible. La préoccupation principale est d'établir si cette affection peut être considérée comme l'expression d'un dysfonctionnement thyroïdien léger ou pas. La réponse est difficile car si on sait que la croissance et l'évolution neurocognitive de ces enfants ne semblent pas être touchés par le dysfonctionnement, des données récentes suggèrent qu'elle peut être associée à des anomalies pro-athérogènes subtiles. Enfin, les bénéfices du traitement par lévothyroxine sont loin d'être clairs, raison pour laquelle la gestion optimale de cette affection chez l'enfant reste l'objet d'un débat et dépend de l'étiologie et du degré d'augmentation de la TSH. Elle doit donc être adaptée individuellement.