ECCVID 2020 : un taux élevé de SARS-CoV-2 a été identifié dans les toilettes des patients, et dans les espaces destinés au personnel et au public des hôpitaux


  • Priscilla Lynch
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une revue systématique des données probantes présentées lors de la Conférence 2020 de l’ESCMID sur la maladie à coronavirus (ESCMID Conference on Coronavirus Disease, ECCVID) a démontré que l’air autour des patients atteints de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) ainsi que les toilettes des patients et les espaces destinés au personnel et au public dans les hôpitaux évalués présentaient tous un taux significatif de contamination par SARS-CoV-2.

Le mode de transmission du virus SARS-CoV-2 au sein des hôpitaux demeure controversé dans le monde entier. Dans le cadre de cette étude, les auteurs ont examiné les données probantes actuellement disponibles concernant la contamination de l’air par SARS-CoV-2 en contexte hospitalier, la charge virale et la taille des particules, ainsi que les facteurs associés à la contamination.

Le Dr Gabriel Birgand, du Centre hospitalier universitaire de Nantes, en France, et ses collègues ont effectué des recherches dans des bases de données en ligne pour identifier des articles détaillant la contamination de l’air par SARS-CoV-2 en contexte hospitalier entre le 1er décembre 2019 et le 21 juillet 2020. Le taux de positivité à l’ARN viral de SARS-CoV-2 et la mise en culture ont été décrits et comparés en fonction de l’établissement, du contexte clinique, du système de ventilation et de la distance par rapport aux patients.

Au total, 17 articles, ayant inclus 646 échantillons d’air, ont été considérés comme éligibles et inclus dans la revue.

Dans l’ensemble, 27,5 % (68/247) des échantillons d’air prélevés dans l’environnement proche des patients étaient positifs pour l’ARN de SARS-CoV-2, sans différence entre les établissements (USI : 27/97 [27,8 %] ; non USI : 41/150 [27,3 %]).

Seul 1 échantillon d’air prélevé à moins de 1 mètre des patients sur 64 (1,5 %) était positif à SARS-CoV-2, et 4 échantillons prélevés de 1 à 5 mètres des patients sur 67 (6 %).

Dans les autres endroits, le taux de positivité était de 23,8 % (5/21) dans les toilettes des patients, de 9,5 % (20/221) dans les zones cliniques, de 12,4 % (15/121) dans les espaces destinés au personnel et de 34,1 % (14/41) dans les espaces destinés au public.

Sur les 78 mises en cultures virales réalisées, 3 (4 %) étaient positives, toutes issues de l’environnement proche des patients (3/39, 7,7 %) dans des services non USI.

Les concentrations en ARN de SARS-CoV-2 médianes étaient 10 fois plus élevées dans les toilettes des patients que dans les chambres des patients.

Les auteurs ont déclaré que « la charge virale élevée présente dans les toilettes/salles de bains, les espaces destinés au personnel et les couloirs ouverts au public signifie que ces zones nécessitent une application stricte des mesures de nettoyage et du port d’équipements de protection individuelle ».