ECCVID 2020 : Les enfants sont beaucoup plus susceptibles de présenter une forme légère de la maladie et obtiennent de meilleurs résultats que les adultes


  • Priscilla Lynch
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les enfants sont beaucoup moins susceptibles de recevoir un diagnostic de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) que les adultes, présentent généralement une forme légère, voire asymptomatique, de la maladie et ont un « taux très, très faible de mortalité », d’après Jonathan Suk, du Centre européen pour le contrôle et la prévention des maladies (European Centre for Disease Control and Prevention, ECDC).

Une session spéciale lors de la Conférence 2020 de l’ESCMID sur la maladie à coronavirus (ESCMID Conference on Coronavirus Disease, ECCVID), organisée conjointement avec l’ECDC, portait sur la fermeture et la réouverture des écoles dans le contexte de la pandémie.

Le Dr Suk a déclaré que moins de 5 % des cas confirmés de COVID-19 dans la zone Europe ont été rapportés chez des enfants, et seuls 5 décès ont été signalés chez des enfants de moins de 16 ans (19 654 cas identifiés dans le TESSy ; taux de létalité brut de 0,03 %).

Il a également indiqué qu’en ce qui concerne la transmission de la maladie, les enfants sont très rarement identifiés comme cas de référence, bien que cela soit compliqué par le fait que les enfants présentent généralement moins de symptômes et une période d’excrétion virale plus courte, et que l’infectiosité asymptomatique demeure inconnue.

Les études portant sur la transmission du COVID-19 dans les écoles dans la zone Europe démontrent que le nombre de flambées/foyers est faible, et que les cas identifiés sont principalement dus à une exposition au sein du foyer et une propagation très faible dans le cadre scolaire.

« Les écoles sont peu susceptibles de constituer des environnements plus propices à la propagation que les activités professionnelles ou de loisirs avec des densités similaires des personnes, si des mesures adaptées sont en place. »

Les décisions concernant les mesures de contrôle dans les écoles doivent être prises de manière cohérente avec des décisions concernant les autres mesures de distanciation physique et de réponse de santé publique au sein de la communauté dans son ensemble, comme l’a expliqué le Dr Suk :  « Les fermetures des établissements scolaires et d’accueil des enfants sont peu susceptibles de constituer à elles seules une mesure de contrôle efficace de la transmission communautaire du COVID-19, et elles ne peuvent pas être justifiées par la volonté de protéger la santé des enfants, puisque la plupart d’entre eux développent une forme très légère, voire asymptomatique, du COVID-19. »

Commentaire d’expert :

Question : Les masques sont-ils utiles pour permettre de prévenir la propagation du COVID-19 chez les enfants ?

Dr Suk : « Ils peuvent être utiles chez les enfants plus âgés, surtout dans des contextes où la densité est importante, et certainement chez les enseignants, mais pas chez les enfants plus jeunes. »