ECCMID 2019 - Les situations cliniques personnelles orientent les stratégies de traitement empirique


  • Jackie Johnson
  • Conference Reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les bactéries à Gram négatif multirésistantes ont un impact négatif considérable sur l'antibiothérapie empirique des patients atteints de cancer — et entraînent souvent le décès, a expliqué la Dre Carlota Gudiol lors du congrès ECCMID 2019.1 

D'après les données publiées, les taux globaux de mortalité chez les patients atteints de cancer présentant une bactériémie peuvent varier selon les pays, mais atteindre 45 % lors des infections à K. pneumoniae. Lors des infections à P. aeruginosa, un taux de mortalité proche de 65 % a été observé. Les taux de mortalité chez les patients atteints de maladie hématologique infectés par des Enterobacteriaceae résistantes aux carbapénèmes sont compris entre 50 % et 100 %.

D'après la Dre Gudiol, le défi posé par l'antibiothérapie empirique consiste à déterminer si une escalade ou une désescalade thérapeutique est nécessaire selon le cas de chaque patient. Selon elle, la stratégie d'escalade doit être appliquée aux présentations sans complications, c'est-à-dire chez les patients sans risque spécifique de pathogènes résistants et dans les centres affichant de faibles taux de résistance. La stratégie d'escalade peut reposer sur une céphalosporine anti-pseudomonale, sur l'association pipéracilline-tazobactam et sur diverses autres options (p. ex., associations ticarcilline-acide clavulanique et céfopérazone-sulbactam, bien qu'elles ne soient pas disponibles dans tous les pays européens).

À l'inverse, la stratégie de désescalade doit être appliquée aux patients présentant des complications, à savoir les patients qui présentent des facteurs de risque personnels de pathogènes résistants et dans les centres où les taux de résistance sont élevés d'après l'épidémiologie locale. Dans le cadre de la stratégie de désescalade, les patients peuvent être traités par une carbapénème en monothérapie, par l'association d'une β-lactamine anti-pseudomonale + aminoglycoside ou quinolone, la β-lactamine devant être une carbapénème chez les patients gravement malades, par l'association colistine + β-lactamine ± rifampicine (pour P. aeruginosa, A. baumannii et S. maltophilia) ou par couverture précoce des bactéries à Gram positif résistantes en présence de facteurs de risque.

La Dre Gudiol a souligné que les patients atteints de maladie hématologique à haut risque doivent être placés sous surveillance dans les centres et services à fort taux de bactéries résistantes aux carbapénèmes et de bactéries productrices de bêta-lactamases à spectre élargi (PBLSE).

Pour conclure, les situations cliniques personnelles sont des déterminants essentiels pour les stratégies de traitement empirique.