ECCMID 2019 - La transplantation de microbiote fécal élimine les bactéries multirésistantes chez les patients atteints de cancer


  • Jackie Johnson
  • Conference Reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L'utilisation des selles en tant que traitement médical des intoxications alimentaires et des diarrhées sévères remonte au 4e siècle, et pourrait avoir ouvert la voie à la transplantation de microbiote fécal (TMF) contemporaine.1 La TMF a depuis été autorisée en tant que méthode clinique pour le traitement des infections récidivantes à C. difficile. 2

Fort de ce succès dans la lutte contre C. difficile, le Dr Karol Lis a émis l'hypothèse selon laquelle la réintroduction de la flore commensale par TMF pourrait également éradiquer des intestins les bactéries résistantes aux antibiotiques et améliorer ainsi les résultats de l'allogreffe de cellules souches hématopoïétiques (alloGCSH).3

Dans cette étude interventionnelle prospective, trois donneurs de selles sans lien de parenté ont été évalués conformément aux recommandations universelles. Les échantillons de selles ont été homogénéisés dans du sérum physiologique, filtrés, puis dilués (100 g de selles/200 mL de sérum physiologique). La veille de la TMF, un traitement par inhibiteurs de la pompe à protons, un nettoyage intestinal standard par macrogols et un régime strict ont été appliqués. Le jour de l'intervention et le jour suivant, l'échantillon de selles a été injecté par une sonde nasoduodénale.

Le critère d'évaluation principal était la décolonisation complète un mois après la TMF.  Il a été satisfait chez 15 participants/20 (75 %). Le taux d'éradication de K. pneumoniae était de 53 %. Ce taux atteignait 100 % pour E. coli. Le séquençage de prochaine génération des échantillons de selles des donneurs et des patients a confirmé la richesse des matières fécales transplantées chez les patients après l'intervention.

Aucun événement indésirable grave n'a été signalé, 25 % des patients ayant connu une diarrhée transitoire de grade 1 dans les trois jours qui ont suivi la TMF.

Dans l'ensemble, la TMF semble être un outil valide dans la lutte contre la colonisation intestinale par des bactéries résistantes aux antibiotiques chez les patients atteints d'affections hématologiques et pour la modulation potentielle du microbiome intestinal dans le cadre d'une alloGCSH.