Ebola : un expert des NU avertit qu’une nouvelle chaîne de transmission risque de compromettre les avancées obtenues


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Un médecin de premier plan des Nations unies (NU) a averti qu’un décès dû à la maladie à virus Ebola nouvellement identifié en République démocratique du Congo (RDC), lequel n’est « lié à aucune chaîne de transmission », risque de compromettre les avancées majeures obtenues contre l’épidémie. 

Le Dr Mike Ryan, directeur exécutif du programme de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) de gestion des situations d’urgence sanitaire, a déclaré que, même si 98 % des infections qui se sont produites au cours des 3 dernières semaines ont pu être rattachées à 2 voies ou chaînes de transmission différentes, une troisième vient d’être identifiée. 

La source d’exposition reste à identifier et une équipe pluridisciplinaire a commencé à enquêter sur cette chaîne de transmission. 

L’individu s’était rendu dans trois centres de soins de santé distincts avant que sa maladie ne soit détectée. 

Des responsables ont identifié 200 contacts étant associés au cas, parmi lesquels 62 ont été considérés comme étant à risque d’exposition extrêmement élevé. Les autorités ont cependant affirmé n’avoir vu que 19 de ces contacts du fait qu’elles n’ont pas accès à cette communauté. 

Même si le Dr Ryan a déclaré que la maladie à virus Ebola « va probablement perdurer pendant des mois », il ne s’attend pas pour autant à une explosion du nombre de cas. Il a cependant mis en garde que, si la situation dans la région sur le plan sécuritaire ne s’améliore pas ou se détériore, « nous pourrions nous retrouver en très mauvaise position ».