Ebola : les Nations Unies tiennent une réunion de haut niveau alors que la flambée s’intensifie


  • Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Près d’une année après que la flambée d’Ebola a été déclarée dans la partie orientale de la République démocratique du Congo (RDC), et alors que le nombre de nouveaux cas atteint des niveaux alarmants, les Nations Unies ont tenu une réunion de haut niveau à Genève pour dresser le bilan de la riposte coordonnée et mobiliser un soutien supplémentaire en faveur des efforts visant à vaincre la maladie.

Plus de 1 650 personnes sont décédées au cours de la flambée actuelle, tandis que 12 nouveaux cas environ sont signalés chaque jour.

Le 14 juillet, le premier cas d’Ebola a été confirmé à Goma, une ville d’environ 1 million de personnes au sud de l’épicentre de la flambée. Près de 3 000 agents de santé de Goma ont été vaccinés.

La riposte est entravée par la médiocrité des infrastructures de santé, l’instabilité politique et les conflits persistants, qui impliquent des dizaines de groupes de milices armées ainsi que la défiance des communautés vis-à-vis des autorités nationales et des étrangers.

Depuis janvier, 198 attaques dirigées contre les services en charge de la riposte sanitaire ont été comptabilisées et se sont traduites par 7 morts et 58 blessés parmi les agents de santé et les patients.

La flambée restant encore limitée aux provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, la riposte est à présent dans une phase déterminante. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) évalue le risque de propagation aux provinces et aux pays voisins comme étant très élevé.