Ebola : les équipes d’intervention font face à des problèmes de sécurité significatifs


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a émis un avertissement concernant des incidents de sécurité survenus ces derniers jours qui ont « sévèrement affecté » ses activités d’intervention dans le cadre de la flambée de maladie à virus Ebola (MVE) en République démocratique du Congo (RDC). 

L’OMS a déclaré qu’au cours des sept derniers jours, des véhicules d’intervention ont reçu des jets de pierre, tandis que des rixes entre les rebelles et les forces gouvernementales ont entraîné des morts parmi les civils, venant s’ajouter à la détresse déjà présente dans le pays. Malgré ces problèmes de sécurité, l’OMS n’envisage pour l’instant pas de réduire son équipe d’intervention, qui comprend 250 employés de l’OMS.

D’après les dernières données disponibles, au 23 octobre 2018, 247 cas de MVE, dont 159 décès, ont été signalés dans sept zones de santé de la province du Nord-Kivu et dans trois zones de santé de la province de l’Ituri. À ce jour, 21 agents de santé ont été infectés. 

L’OMS est revenue sur le fait que le risque que la flambée se propage à d’autres régions de la RDC ainsi qu’aux pays frontaliers demeure très élevé, et que des efforts plus intenses sont nécessaires afin de s’assurer que les zones situées en dehors des zones de santé principalement touchées sont prêtes et opérationnelles pour détecter, évaluer et réagir rapidement en cas d’exportation du virus.