Ebola : la maladie a infecté 44 agents de santé dans le cadre de la flambée en RDC


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a averti que des centres de santé en République démocratique du Congo (RDC) ayant des pratiques inadéquates en matière de prévention et de contrôle des infections (PCI) pourraient amplifier la flambée d’Ebola. 

Dans sa dernière mise à jour, l’OMS a indiqué que deux nouvelles infections à Ebola ont été rapportées chez des agents de santé au cours de la dernière période considérée allant du 28 novembre au 4 décembre. Au moins un nouveau cas a sans doute contracté la maladie à virus Ebola (MVE) auprès d’un agent de santé infecté lors d’une consultation de routine. « Les centres de santé publics et privés ayant des pratiques inadéquates en matière de prévention et de contrôle des infections (PCI) restent une cause majeure d’extension de la flambée », a déclaré l’OMS. À ce jour, un total de 44 agents de santé dont 41 infirmiers et 3 médecins ont été infectés, dont 59 % (26) sont des femmes. 

Globalement, au 4 décembre, 458 cas de MVE ayant entraîné 271 décès ont été signalés en RDC. Le nombre de femmes et d’enfants affectés est disproportionné, les femmes représentant 62 % de l’ensemble des cas ventilés par sexe. 

Même si l’OMS a affirmé que la riposte à la flambée demeure une entreprise complexe, l’organisation se déclare « confiante dans la possibilité de maîtriser la flambée et d’y mettre un terme ».