Ebola : l’OMS relève d’un cran la catégorie de risque de la dernière flambée


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a averti que la riposte à la flambée d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC) se trouve à une « étape cruciale », l’organisation ayant déclaré être confrontée actuellement à une « situation précaire » au vu des récentes hausses de l’insécurité et d’incidents témoignant d’une méfiance de la population ainsi que de l’accélération de la propagation géographique de la maladie.

À la date du 2 octobre, un total de 162 cas ayant entraîné 106 décès avaient été rapportés dans 7 zones sanitaires de la province du Nord-Kivu (Beni, Butembo, Kalunguta, Mabalako, Masereka, Musienene et Oicha), et 3 zones sanitaires de la province d’Ituri (Mandima, Komanda et Tchomia). 

Dans sa dernière mise à jour, l’OMS a déclaré que les zones touchées s’étendent désormais sur des centaines de kilomètres, dont un cas confirmé qui s’est déplacé dans une « zone rouge », un environnement très dangereux et difficile où il est extrêmement délicat de mettre en œuvre des activités de riposte.

Le 28 septembre, l’OMS a révisé son évaluation du risque concernant la flambée et a relevé d’un cran le risque aux échelles nationale et régionale en le faisant passer d’« élevé » à « très élevé ». Le risque au niveau mondial reste cependant classé « faible ». 

L’OMS a indiqué que dans les endroits qui leur sont accessibles, les équipes œuvrent avec des partenaires nationaux et internationaux à renforcer leurs activités afin de prévenir la survenue de nouveaux groupes de cas de la maladie et la propagation potentielle dans de nouvelles zones.