EASD : Maîtrise de l'épidémie de diabète de type 2 en France, une lueur d'espoir

  • Dr Jean-Claude Lemaire

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

En dépit du caractère souvent alarmiste des prévisions, certaines études ont fait état de l'atteinte d'un plateau dans ce qu'il est classique d'appeler l'épidémie de diabète de type 2 et les plus récentes parlent même de tendance à une diminution d'incidence.

Pour faire le point sur la situation dans notre pays, une équipe de Santé Publique France a entrepris d'apprécier la prévalence et l'incidence du diabète de type 2 entre 2010 et 2017 chez les adultes âgés de 45 ans et plus et d'en évaluer les tendances temporelles annuelles.

Les cas de diabète ont été identifiés grâce à un algorithme validé basé sur le remboursement des médicaments antidiabétiques appliqué au Système National de Données de Santé (SNDS) qui regroupe les données de 99 % de la population française. Ont été considérés comme incidents les cas de diabète apparus chez des personnes non diabétiques au cours des 2 années précédentes. Les taux de prévalence et d'incidence ont été calculés en tenant compte du nombre moyen de résidents estimé par l'INSEE.

Les résultats présentés lors de la réunion annuelle de l'European Association for the Study of Diabetes montrent qu'entre 2010 et 2017, la prévalence a légèrement augmenté (hommes : 11,5 -> 12,1 % ; femmes : 7,9 -> 8,4 %) tandis que l'incidence (exprimée en cas par personnes-année) a diminué (hommes 11 -> 9,7 ; femmes 7,2 -> 6,2). Ces résultats ont été constatés à des degrés différents à tous les âges, dans toutes les régions géographiques et dans des deux sexes. Seules exceptions : quatre groupes où les taux de prévalence ont diminué : hommes âgés de 45 à 65 ans ; femmes âgées de 45 à 60 ans ; femmes habitant La Réunion ; et femmes habitant en Martinique.

Après ajustement sur l'âge et la région géographique, il est globalement rapporté dans les deux sexes une tendance annuelle à la hausse de la prévalence (hommes : + 0,9 % ; femmes : + 0,4 %) et une tendance annuelle à la baisse de l'incidence (hommes -2,6 % ; femmes -3,9 %).

Cette tendance à la baisse de l'incidence est une excellente nouvelle et elle est d'autant plus plausible que les résultats vont dans le même sens qu'une analyse internationale présentée elle aussi à Barcelone (DJ Magliano et al. PS 006-315) et montrant une possible baisse de l'incidence (pas d'augmentation significative par rapport à la période 1980-1984) dans les travaux ayant débuté en 2010.

Les investigateurs admettent que la tendance mise en évidence mériterait d'être évaluée sur une période plus longue dans de futures études. Mais, confiants dans leurs premiers résultats, ils plaident pour des efforts supplémentaires en matière de prévention du diabète afin de renforcer cette tendance.

A noter que ce travail français ainsi que celui mentionné dans l'article ont fait l'objet d'interviews officielles EASD Live.