EASD 2020 — L’administration d’insuline icodec une fois par semaine se montre prometteuse dans le cadre d’un essai de phase II


  • Deepa Koli
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un traitement hebdomadaire par insuline icodec a montré une efficacité hypoglycémiante et un profil de sécurité similaire à celui de l’insuline glargine administrée une fois par jour, chez des patients atteints de diabète de type 2.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’insuline hebdomadaire permet de réduire de manière significative le nombre d’injections, en passant de 365 à 52 par an.

Méthodologie

  • un essai international de phase II, randomisé et mené en double aveugle, à double placebo, contrôlé contre substance active et avec traitement jusqu’à la valeur cible, a été mené pendant 26 semaines.
  • 247 patients atteints d’un diabète de type 2 qui n’avaient pas reçu de traitement à long terme à base d’insuline ont été randomisés selon un rapport de 1:1 pour recevoir de l’insuline icodec une fois par semaine ou de l’insuline glargine une fois par jour.
  • Le critère d’évaluation principal était la variation du taux d’hémoglobine glyquée (Hba1C) entre le début de l’étude et la semaine 26. 
  • Financement : Novo Nordisk.

Principaux résultats

  • Le taux moyen d’HbA1C au début de l’étude et à la semaine 26 était comme suit :
    • Groupe icodec : 8,1 % et 6,7 %, respectivement.
    • Groupe glargine : 8,0 % et 6,9 %, respectivement.
  • La variation moyenne estimée du taux d’HbA1C par rapport au début de l’étude n’était pas significativement différente entre les deux groupes (différence moyenne estimée [DME] : -0,18 % ; P = 0,08).
  • Aucune différence n’a été observée au niveau de la moyenne estimée du taux de glucose plasmatique à jeun à la semaine 26 entre les deux groupes (DME : -0,22 [IC à 95 % : -0,66 à 0,23] mmol/l).
  • La dose hebdomadaire moyenne d’insuline estimée au cours des 2 dernières semaines de traitement était significativement plus faible avec l’insuline icodec qu’avec l’insuline glargine (229 contre 284 unités/semaine)
    • Rapport de traitement estimé : 0,81 (IC à 95 % : 0,69–0,94).
  • Les taux observés d’hypoglycémie de niveaux 2 et 3 combinés étaient similaires pour l’insuline icodec et l’insuline glargine (53 contre 46 événements pour 100 patients-années d’exposition ; P = 0,85).
  • Aucun nouveau signe d’alerte concernant la sécurité d’emploi n’a été rapporté.

Limites

  • Puissance statistique trop limitée pour détecter des différences significatives entre les traitements pour tous les critères d’évaluation.