EASD 2019 — Le sémaglutide administré une fois par semaine est supérieur à la canagliflozine pour le contrôle du DT2 chez les patients traités par metformine


  • Brandon May
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un diabète de type 2 (DT2) non contrôlé par un schéma thérapeutique à base de metformine seule, le sémaglutide administré une fois par semaine était supérieur à la canagliflozine administrée une fois par jour pour la perte de poids et la réduction de l’Hba1c.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des traitements combinés peuvent être nécessaires pour obtenir un contrôle glycémique chez les patients atteints d’un DT2 qui ne sont pas en mesure d’obtenir un bénéfice optimal avec la metformine en monothérapie.

Protocole de l’étude

  • Les patients atteints d’un DT2 ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir :
    • Sémaglutide 1,0 mg administré une fois par semaine par voie sous-cutanée (n = 394) ; ou
    • canagliflozine 300 mg administrée une fois par jour par voie orale (n = 394).
  • Les variations en termes de poids, de sécurité d’emploi et d’atteinte des cibles préspécifiées d’Hba1c ont également été évaluées.
  • Financement : Novo Nordisk.

Principaux résultats

  • À 52 semaines, le sémaglutide était associé à des réductions plus importantes de l’Hba1c, par rapport à la canagliflozine (moyenne : -1,5 % contre -1,0 % ; différence de traitement estimée [DTE] : -0,49 ; IC à 95 % : -0,65 à -0,33 ; P 
  • Une proportion plus importante de patients traités par sémaglutide a atteint les cibles d’Hba1c définies à
  • Le sémaglutide a entraîné une plus grande perte de poids (-5,3 contre -4,2 kg ; DTE : -1,06 ; IC à 95 % : -1,76 à -0,36 ; P = 0,0029).
  • Les événements indésirables (EI) les plus fréquents avec le sémaglutide étaient les événements gastro-intestinaux (46,9 %).
  • Les EI avec la canagliflozine étaient plus fréquemment des événements infectieux (34,5 %).

Limites

  • Manque de données concernant l’alimentation et le mode de vie des participants.