EASD 2019 — Le liraglutide réduit la dose d’insuline dans le cadre du DT1 nouvellement diagnostiqué


  • Brandon May
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout de liraglutide une fois par jour à un traitement par insuline a été associé à la préservation de la sécrétion d’insuline postprandiale et à une réduction du nombre total de doses d’insuline, chez les patients ayant récemment reçu un diagnostic de diabète de type 1 (DT1). 

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patients ayant récemment reçu un diagnostic de DT1 produisent peu d’insuline.

Principaux résultats

  • La durée moyenne du diabète était 4,4 ± 1,2 semaines, et le taux de peptide C à jeun était de 359 ± 226 pM.
  • À 52 semaines, le liraglutide était associé à un maintien de la sécrétion stimulée de peptide C et à une réduction plus importante de la dose d’insuline, comparativement au placebo (nombre total de doses d’insuline : 18 contre 32 UI ; P 
  • Aucune différence n’a été observée entre les groupes liraglutide et placebo au niveau du taux de peptide C après stimulation et du nombre total de doses d’insuline à 58 semaines.
  • Les chercheurs n’ont observé aucune différence entre les groupes au niveau du taux d’HbA1c (P = 0,35) ou du poids (P = 0,87) à la fin du traitement.

Protocole de l’étude

  • Des patients adultes atteints de DT1 diagnostiqué au cours des 6 semaines précédant la sélection ont été inclus dans cet essai de 52 semaines.
  • Les participants ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir du liraglutide 1,8 mg une fois par jour (n = 31) en plus d’un traitement par insuline, ou un placebo (n = 32) en plus de l’insuline.
  • Une évaluation de la réponse du peptide C a été réalisée après un test par repas mixte liquide contenant 41 g de glucides.
  • Le critère d’évaluation principal était l’aire sous la courbe (ASC) du peptide C ou l’ASC du peptide C/ASC du p-glucose après un test par repas liquide.
  • Financement : Novo Nordisk.

Limites

  • Échantillon de petite taille.