EASD 2019 — Le cotadutide réduit le glycogène chez les patients atteints de DT2


  • Brandon May
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Administré une fois par jour, le cotadutide, un double agoniste des récepteurs expérimental avec une activité sur le glucagon-like peptide-1 (GLP-1) et le récepteur au glucagon, était associé à une réduction du glycogène hépatique chez des patients obèses et en surcharge pondérale atteints de diabète de type 2 (DT2).

Pourquoi est-ce important ?

  • De nouvelles stratégies pharmacologiques sont nécessaires pour réduire l’excès de glycogène chez les patients atteints de DT2.

Protocole de l’étude

  • Des patients atteints de DT2 ayant un IMC compris entre ≥ 27 et ≤ 40 kg/m2 ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir :
    • Le cotadutide par voie sous-cutanée une fois par jour (N = 12), avec une augmentation de dose chaque semaine de 100 à 300 µg
    • Un placebo (N = 9)
  • Les concentrations de glycogène hépatique ont été mesurées au début de l’étude et 4, 9, 14 et 24 heures après un test par repas mixte (TRM).
  • La variation du glycogène hépatique entre le début de l’étude et 4 heures après le TRM constituait le critère d’évaluation principal.
  • Financement : AstraZeneca.

Principaux résultats

  • Une plus grande réduction du glycogène hépatique a été observée avec le cotadutide par rapport au placebo à 4 heures (−100,2 [IC à 90 % : −150,2 à −50,1] mmol/l contre +5,5 [IC à 90 % : −47,2 à 58,3] mmol/l ; P = 0,023).
  • Le cotadutide a été associé à une variation globale de l’aire sous la courbe (ASC) du glycogène de 24 heures nettement plus importante (−27,3 % contre +1,78 % ; P = 0,003).
  • Par rapport au placebo, un traitement de 28 jours par cotadutide était associé à des réductions plus importantes des taux de glucose à jeun (−2,48 mmol/l), de l’ASC du glucose pendant le TRM (−32,6 %), et du poids corporel (−4,2 %) (pour tous P

Limites

  • Échantillon de petite taille et courte période de suivi.