EASD 2019 — L’association vildagliptine + metformine réduit le taux d’échec de traitement


  • Brandon May
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une double stratégie précoce associant la vildagliptine deux fois par jour et la metformine a réduit le taux d’échec de traitement par rapport à la metformine seule chez des patients atteints de diabète de type 2 (DT2).

Pourquoi est-ce important ?

  • Des stratégies sont nécessaires pour réduire les échecs de traitement chez certains patients atteints de DT2.

Protocole de l’étude

  • Des patients naïfs de traitement, atteints de DT2 (HbA1c : 6,5 %-7,5 %) et ayant un IMC compris entre 22 et 40 kg/m2 ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir :
    • De la vildagliptine 50 mg deux fois par jour plus des doses stables quotidiennes de metformine de 1 000, 1 500 ou 2 000 mg (N = 983)
    • Des doses stables quotidiennes de metformine de 1 000, 1 500 ou 2 000 mg plus un placebo (N = 989)
  • Le critère d’évaluation principal était le délai avant l’échec du traitement, défini comme un taux d’HbA1c ≥ 7,0 %.
  • Financement : Novartis.

Principaux résultats

  • Pendant la période de traitement de 5 ans, les patients traités par vildagliptine étaient associés à un délai nettement plus long jusqu’à l’échec initial du traitement par rapport aux patients recevant la metformine en monothérapie (61,9 contre 36,1 mois ; RR : 0,51 ; IC à 95 % : 0,45-0,58 ; P
  • La fréquence de survenue d’un deuxième échec était également plus faible dans le groupe recevant l’association avec vildagliptine que dans le groupe sous placebo (RR : 0,74 ; IC à 95 % : 0,63-0,86 ; P
  • La différence de délai jusqu’au premier événement macrovasculaire adjudiqué n’a pas atteint le seuil de signification statistique (RR : 0,71 ; IC à 95 % : 0,42-1,19 ; P = 0,19).

Limites

  • Faible nombre de patients et intervalles de confiance larges dans le délai jusqu’à la survenue du premier événement macrovasculaire adjudiqué.