EAN 2019 : la sclérose en plaques chez les patients présentant un risque de cancer plus important


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les patients atteints d’une sclérose en plaques (SEP) pourraient avoir un risque global plus important de développer un cancer que la population générale. C’est ce que suggère une nouvelle recherche présentée lors du congrès de l’Académie européenne de neurologie (European Academy of Neurology, EAN), le week-end dernier. 

L’étude a examiné le risque de cancer dans le cadre de la SEP, en comparant les données de 6 935 patients atteints d’une SEP en Norvège à celles de leurs frères et sœurs sans SEP (n = 9 346) et à celles de témoins issus de la population sans SEP (n = 38 055). 

L’étude a révélé que le risque global de cancer des patients atteints d’une SEP était supérieur à celui des témoins issus de la population sans SEP (rapport de risque [RR] : 1,12) ; IC à 95 % : 1,04–1,21), en particulier dans les organes respiratoires (RR : 1,64), urinaires (RR : 1,50) et du système nerveux central (SNC ; RR : 1,51). L’étude a également indiqué un risque accru de développement de cancers hématologiques chez les frères et sœurs sans SEP des patients atteints d’une SEP, par rapport aux patients atteints d’une SEP (1,82) et à la population générale (1,78). 

Les patients atteints d’une SEP n’ont pas présenté de risque global de cancer accru, par rapport à leurs frères et sœurs (0,92).

« Des études cliniques antérieures sur le risque de cancer des patients atteints d’une SEP dans divers pays ont montré des résultats contradictoires. Des recherches supplémentaires sont donc nécessaires pour contribuer à l’amélioration de notre compréhension dans ce domaine », a déclaré l’auteur, le Dr Nina Grytten. « Cette recherche souligne la nécessité de sensibiliser davantage les patients atteints d’une SEP sur leur risque de cancer, ce qui devrait conduire à un délai de diagnostic de cancer raccourci et à un traitement plus efficace afin d’améliorer les résultats et la survie. »