EADV : Des procédures simples mais efficaces

  • Dr Roseline Péluchon

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les procédures mini-invasives ont conquis de larges domaines de la médecine. La dermatologie est l'une des spécialités où elles suscitent le plus d'intérêt. Si les cancers cutanés peuvent être traités par la chirurgie de Mohs, les lésions vasculaires par laser et les lipodystrophies par liposuccion, d'autres techniques moins invasives existent aussi, réclamant encore moins de temps et impliquant moins de dépenses. Le Dr Christopher Rowland Payne fait le point sur ces nombreuses procédures « petites » et rapides, donnant de bons résultats sans demander de grands investissements.

Ainsi, le carcinome à cellules basales peut bénéficier d'une procédure de curetage et d'électrofulguration suivie par une cicatrisation en seconde intention. Ce traitement est efficace, sûr et rapide et permet d'obtenir un excellent résultat cosmétique, pour un coût moindre que l'excision de Mohs avec réparation.

La cryothérapie est un traitement lui aussi simple et efficace pour les kératoses solaires, le lentigo solaire et l'hypomélanose en gouttes, pour lesquels un traitement laser n'est pas indispensable.

L'aponévrotomie percutanée à l'aiguille est un traitement minimal non chirurgical pour la maladie de Dupuytren, donnant, selon le Dr Payne, des résultats équivalents, voire supérieurs aux autres traitements.
Une autre procédure minimale et donnant d'excellents résultats est la microsclérothérapie pour les télangiectasies de l'insuffisance veineuse, méthode simple, économique et supérieure selon l'intervenant au traitement par laser. Quant aux télangiectasies de la face, l'électrofulguration peut avantageusement remplacer le traitement au laser pulsé.
Pour le Dr Paynes, ni la liposuccion ni la cryolipolyse ne sont indispensables pour affiner les joues, retirer un double menton ou traiter des zones limitées de lipodystrophie. Il préconise plutôt la lipolyse par injections, en trois fractions à 6 semaines d'intervalle. Quant à la blépharochalasie, elle peut échapper à la chirurgie grâce à l'électrofulguration.

Ces exemples illustrent le fait que ces « petites » procédures peuvent donner de très bons résultats, et nécessitent moins d'efforts, de temps et de dépenses que les traitements les plus souvent proposés.