EACS 2019 — Vieillir avec le VIH : un problème complexe à gérer


  • Cristina Ferrario — Agenzia Zoe
  • Conference Reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Des modèles de soins conçus pour répondre aux besoins spécifiques de la population vieillissante vivant avec le VIH sont nécessaires
  • La collaboration entre les spécialistes et l’autonomisation des patients doivent toujours être prises en compte, ainsi qu’une connaissance approfondie des besoins des patients et une approche personnalisée.

Pourquoi est-ce important ?

  • Un nombre croissant de patients vivant avec le VIH sont âgés, principalement en raison de traitements efficaces.
  • Le vieillissement des personnes vivant avec le VIH fait émerger de nombreux problèmes sanitaires, sociaux et psychologiques.

 

Aujourd’hui, les patients infectés par le VIH vivent plus longtemps qu’avant et la population de patients plus âgés infectés par le VIH augmente plus rapidement, ce qui fait émerger des défis que les spécialistes du VIH ne sont pas toujours aptes à gérer. Ces défis comprennent plusieurs comorbidités (telles que les douleurs chroniques, le diabète, la dépression et les problèmes cardiovasculaires), la polymédication et les problèmes sociaux. La question qui se pose est de savoir comment traiter ces patients dans les modèles de soins actuels, car ceux-ci ne sont pas vraiment équipés pour prendre en compte une telle complexité. Le sujet a été abordé lors d’une session spéciale à l’occasion de la 17e Conférence européenne sur le SIDA.

Des patients différents, des modèles différents

De la Norvège à l’Italie, en passant par le Royaume-Uni, plusieurs modèles de soins ont été présentés au cours de cette session. Tous soulignent l’importance cruciale d’une approche pluridisciplinaire. De fait, un seul médecin ne peut pas avoir toute l’expertise nécessaire pour traiter correctement ces patients dans toute leur complexité. De plus, au sein de la population plus âgée vivant avec VIH, un sous-ensemble de personnes est devenu positif pour le VIH à un âge plus avancé, et cela doit être pris en compte, car chaque année vécue avec l’infection a un impact sur le processus de vieillissement. La personnalisation du processus de soins est la clé d’un modèle réussi, adapté aux caractéristiques des patients de l’établissement, ainsi qu’au temps et aux ressources disponibles.

Questions ouvertes

Bien que plusieurs modèles de soins de santé différents soient actuellement en place à destination des patients plus âgés vivant avec le VIH, aucune donnée probante n’est disponible pour indiquer que ces approches fonctionnent réellement. De plus, des incertitudes demeurent concernant les critères de l’orientation vers des cliniques spécialisées, sur le type et le moment du dépistage, sur le rôle de la prévention et de l’évaluation de la fragilité, et sur l’impact des traitements antirétroviraux sur les personnes âgées fragiles et non fragiles. De nombreux obstacles peuvent être identifiés en pratique réelle ; l’objectif d’établir un bon modèle de soins à destination des patients vieillissants vivant avec le VIH est donc compliqué. Ces obstacles incluent les suivants : manque de ressources et/ou d’expertise, ciblage incertain, ressources sociales insuffisantes et stigmatisation, cette dernière entraînant également une réduction de l’observance. Une collaboration entre les différentes parties prenantes (médecins, personnel infirmier, patients) et les nouvelles technologies (applications mobiles) pourraient permettre de répondre à certaines de ces questions.