EACS 2019 — Un traitement pour tous : atteindre les objectifs 90-90-90 et aller au-delà


  • Cristina Ferrario — Agenzia Zoe
  • Conference Reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • 2,2 millions de personnes vivent avec le VIH dans la région Europe définie par l’OMS (53 pays).
  • Le taux de nouvelles infections demeure élevé, en particulier dans la région est.
  • Des outils sont disponibles pour corriger les disparités les plus importantes.
  • Une volonté politique et des efforts de lutte contre la stigmatisation liée au VIH sont nécessaires.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’échéance de 2020 pour les objectifs 90-90-90 de l’ONUSIDA se rapproche à grands pas.
  • De nombreux pays sont loin d’être au niveau.

 

Grâce à la présence de 3 059 délégués venus de 98 pays, la 17e Conférence européenne sur le SIDA a été l’occasion parfaite de faire le point sur l’avancement de la lutte contre l’épidémie du VIH/SIDA. Plus d’études, plus de jeunes chercheurs et une implication plus forte en Europe centrale et de l’Est (ECE) ont été les axes principaux de la conférence, toujours dans le respect de la devise « échanger, débattre, apprendre ».

Épidémiologie du VIH

D’après les estimations, les nouvelles infections diminuent en Europe occidentale, avec une baisse de 30 % au cours des 10 dernières années. Cependant, une tendance inverse est observée en Europe centrale et de l’Est, avec une augmentation de 125 % et 60 %, respectivement. Environ 82 % des nouveaux diagnostics établis en 2017 proviennent d’Europe de l’Est. Les schémas du risque de transmission diffèrent selon les sous-régions : La transmission entre les HSH et entre les personnes hétérosexuelles représente la grande majorité des cas en Europe occidentale et centrale, tandis que près d’un quart des cas en Europe de l’Est sont dus à l’injection de drogues et qu’une très grande proportion est due à une transmission entre personnes hétérosexuelles.

Résultats et inquiétudes

Le nombre de personnes non diagnostiquées diminue, mais un diagnostic tardif survient toujours chez 53 % des personnes. La couverture du traitement antirétroviral (TAR) augmente, bien que 1 million de personnes ne soient toujours pas traitées et qu’une mise en relation tardive aux soins soit fréquente. Enfin, malgré des données probantes qui indiquent une augmentation du nombre de personnes vivant avec une suppression virologique, 1,2 million d’individus traités ne présentent toujours pas de suppression.

Objectifs et défis

La région Europe n’est que partiellement sur la voie pour mettre fin au SIDA d’ici 2030. Dans l’ensemble de la région, 80 % des personnes vivant avec le VIH (PVAV) sont diagnostiquées (objectif 1), 50 % sont sous traitement (objectif 2), et 44 % présentent une suppression virologique (objectif 3). L’Europe occidentale est plus proche d’atteindre les objectifs de 90 % (86 %, 79 %, 73 %), tandis que l’Europe de l’Est a beaucoup plus de retard (76 %, 34 %, 26 %). Des solutions préventives efficaces sont disponibles pour être mises en œuvre et peuvent être associées : dépister la population, utiliser la PrEP/PEP chez les personnes négatives pour le VIH et traiter les personnes positives pour le VIH, utiliser des préservatifs et réduire les risques.

Combattre la stigmatisation !

Les inégalités au niveau des soins et la stigmatisation doivent être abordées et combattues afin d’améliorer la qualité de vie des personnes infectées par le VIH. Le nombre d’organisations non gouvernementales (ONG) et de cliniques consacrées au VIH varie considérablement en Europe, ce qui se traduit par des disparités au niveau de la qualité des soins. Ces disparités sont amplifiées par une stigmatisation importante liée au VIH causée par la peur, le manque d’informations et de soutien, ce qui provoque souvent une dépression chez les personnes positives pour le VIH. « Indétectable = non transmissible » (Undetectable=untransmittable, U=U) est un message qui doit être diffusé par le biais de campagnes de sensibilisation à l’ensemble de la population.