EACS 2019 — Quels facteurs expliquent la fréquence de dépistage insuffisante du VIH et des IST chez les utilisateurs allemands de PrEP ?


  • Cristina Ferrario — Agenzia Zoe
  • Conference Reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Souvent, la fréquence de dépistage est insuffisante chez les utilisateurs allemands de prophylaxie pré-exposition (PrEP).
  • La couverture des coûts de la PrEP pourrait améliorer son utilisation et doit être étudiée de manière plus approfondie.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des dépistages réguliers du VIH et des IST sont nécessaires pour une utilisation sûre de la PrEP au VIH.

Protocole de l’étude

  • Étude PrApp (vague 1 ; du 24 juillet au 1er novembre 2018) : enquête en ligne anonyme, disponible en 6 langues.
  • Des utilisateurs de PrEP (n = 2 118) ont été recrutés en Allemagne par le biais d’applications de rencontres avec géolocalisation à destination des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH), d’un site Web communautaire et des points de dépistage anonyme du VIH/des IST.
  • Critère d’évaluation : intervalle de dépistage inadapté (plus de 3 mois pour le VIH et plus de 6 mois pour les IST).
  • Une régression logistique univariée a été utilisée pour évaluer les facteurs de risque démographiques/économiques, médicaux et liés aux comportements sexuels.

Principaux résultats

  • Population de l’étude : âge médian de 38 ans, 80,83 % d’hommes, 44,33 % ont utilisé la PrEP pendant plus de 6 mois.
  • 87,1 % des 1 834 participants ont rapporté avoir fait l’objet d’un dépistage (tout dépistage : VIH/IST/fonction rénale) pendant l’utilisation de la PrEP ; 11,0 % n’ont rapporté aucun dépistage.
  • Parmi les sujets ayant fait l’objet d’un dépistage pendant la PrEP, 15,5 % et 8,5 % ont rapporté une fréquence de dépistage insuffisante pour le VIH et les IST, respectivement.
  • Les facteurs associés à une fréquence de dépistage insuffisante tant pour le VIH que pour les IST étaient les suivants : utilisation de la PrEP à la demande ou par intermittence, relations sexuelles anales avec 1 à 10 partenaires au cours des 6 derniers mois, utilisation constante d’un préservatif.
  • Le facteur de risque principal associé à un dépistage insuffisant était : absence de dépistage avant le début de la PrEP.
  • L’obtention de la PrEP par le biais de sources informelles et l’absence d’un centre de dépistage avec un médecin étaient associées à un dépistage insuffisant du VIH.
  • Un autofinancement des dépistages était associé à un dépistage insuffisant des IST.
  • La vague 2 a déjà été réalisée (analyses en cours), et la vague 3 est prévue pour 2020.