EACS 2019 – Est-il temps d’envisager de mettre un terme à la prophylaxie post-exposition néonatale ?


  • Cristina Ferrario — Agenzia Zoe
  • Conference Reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • En Suisse, la prophylaxie post-exposition néonatale (PEPnéo) n’est plus recommandée depuis 2016 chez les nouveau-nés exposés au VIH, si la charge virale plasmatique (CVp) du VIH chez la mère est totalement supprimée au cours du dernier trimestre de grossesse.
  • Les nouvelles recommandations ont été rapidement mises en œuvre, de sorte que l’exposition à la PEPnéo a diminué de 86,4 %.
  • Aucun cas de transmission de la mère à l’enfant (TME) du VIH n’a été rapporté lorsque la PEPnéo n’était pas utilisée.
  • Les recommandations relatives à la PEPnéo devraient être réévaluées dans les autres pays à revenu élevé.

Pourquoi est-ce important ?

  • À l’ère des traitements antirétroviraux hautement actifs (TARHA), le taux de TME du VIH est inférieur à 2 % dans les pays à revenu élevé.
  • Les inquiétudes concernant l’utilisation de la PEPnéo s’intensifient, car le traitement n’est pas fortement basé sur les données probantes et présente une toxicité importante.

Protocole de l’étude

  • Analyse des données issues de l’Étude suisse de cohorte VIH mère-enfant (MoCHiV) et de la base de données associée de l’Étude suisse de cohorte VIH (SHCS).
  • Les enfants nés entre 2010 et 2018 étaient inclus si les données concernant la CVp du VIH chez la mère étaient disponibles pour le dernier trimestre de grossesse.
  • La fréquence du recours à la PEPnéo chez les nourrissons nés avant et après la publication des nouvelles recommandations a été comparée.
  • Le statut VIH a été évalué chez les enfants à l’âge de 6 mois.

Principaux résultats

  • CVp du VIH chez la mère au cours du dernier trimestre de grossesse :
  • La PEPnéo a été administrée à tous les enfants (n = 20) dont la mère présentait une CVp détectable au cours du dernier trimestre de grossesse.
  • La PEPnéo a été administrée à 98,9 % et 12,5 % des enfants dont la mère présentait une CVp indétectable avant et après la modification des recommandations en 2016, respectivement.
  • Sur les 87 enfants n’ayant pas reçu de PEPnéo, aucun n’était infecté par le VIH.

Limites  

  • Petite population.