Dysfonction érectile : une méta-analyse préconise une bithérapie d’emblée

  • Mykoniatis I & al.
  • JAMA Netw Open

  • Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.
2_DysfonctionErectile_BitherapiVSMonotherapie_ElodieGazquez_Univadis-copie

Messages principaux

  • Selon une revue systématique et méta-analyse ayant rassemblé 44 études cliniques conduites dans la prise en charge de la dysfonction érectile, la combinaison d’un inhibiteur de la phosphodiestérase 5 (IPDE5) à un autre traitement de première ligne permet d’améliorer les scores de sévérité des troubles de l’érection par rapport à une monothérapie par IPDE5. Certains sous-groupes cliniques pourraient en bénéficier davantage, sans sur-risque significatif d’effets secondaires. En revanche, les alpha-bloquants combinés à un IPDE5 n’offrent pas d’amélioration par rapport à une monothérapie.

 

Si la plupart des patients souffrant de dysfonction érectile bénéficient d’une amélioration clinique significative des symptômes après initiation d’un traitement par IPDE5, d’autres sont non répondeurs, ou n’y répondent pas suffisamment, d’où un certain taux d’abandon de traitement. Une équipe grecque a mené une revue de la littérature pour évaluer si la combinaison de traitements de première ligne permettait d’offrir une efficacité supérieure à une monothérapie.

Méthodologie

Ils ont identifié toutes les études cliniques randomisées ou prospectives interventionnelles dans lesquelles une combinaison était comparée à une monothérapie de première ligne de la dysfonction érectile et où l’amélioration clinique était évaluée via le score de sévérité des troubles de l’érection (IIEF-ED, score croissant avec la sévérité). Au total, 44 études comparant une bithérapie comportant un IPDE5 et une monothérapie par IPDE5 ont été incluses. Les participants avaient un âge moyen de 55,8 ans, et le diagnostic était posé depuis 2,9 ans en moyenne.

Principaux résultats

Au total, la méta-analyse a porté sur 1.428 sujets sous bithérapie et 1.360 sous monothérapie. Le premier groupe avait une amélioration moyenne du score IIEF-ED de 1,76 points ([1,27-2,24], I2= 77%) par rapport au second. Les traitements associés aux IPDE5 et offrant l’amélioration la plus importante du score étaient le recours aux antioxydants (1,99 points [1,34-2,63], I2=59%). Les données relatives aux associations comportant d’autres traitements étaient fondées sur une seule étude chacune mais suggéraient un bénéfice pour la thérapie par ondes de choc extracorporelles de faible intensité (différence moyenne pondérée du score 8,40 [4,90-11,90] vs monothérapie), la metformine (4,90 [2,82-6,98]), l'acide folique (3,46 [2,16-4,76]) ou le vacuum (érecteur à dépression, 2,07 [1,37-2,77). Aucun bénéfice n’a en revanche été mis en évidence concernant l’association entre IPDE5 et alpha-bloquants ou pentoxifylline.

Les évènements indésirables liés au traitement ne différaient pas entre les groupes bithérapie et les groupes monothérapie (1,10 [0,66-1,85], I2=78%).

Les analyses en sous-groupes cliniques suggèrent que ce sont les patients ayant une dysfonction érectile associée à une prostatectomie qui bénéficient le plus de cette association (5,47 [3,11-7,83], I2=53 %), puis par ceux dont les troubles sont résistants aux IPDE5 (4,38 [2,37-6. 40], I2=52 %), suivis par ceux ayant un hypogonadisme (1,61 [0,99-2,23], I2=0 %). En revanche, ceux qui souffraient de symptômes du bas appareil urinaire ne bénéficiaient pas d’une amélioration significative.

Malgré les limitations identifiées par les auteurs (pas d’études au-delà d’un suivi moyen d’une quinzaine de mois, forte hétérogénéité des données, aucune étude comparant deux bithérapies entre elles), cette méta-analyse suggère que les bithérapies comportant un IPDE5 permettraient une amélioration clinique pour un certain nombre de patients atteints de dysfonction érectile.